L'UNESCO retire le lieu de naissance de Jésus à Bethléem de sa liste des sites patrimoniaux en danger

2 juillet 2019

L'agence culturelle des Nations Unies a annoncé mardi qu'elle retirait de sa Liste du patrimoine mondial en péril le site officiellement reconnu comme étant le lieu de naissance de Jésus, en reconnaissance d'un important travail de restauration de l'église de la Nativité de Bethléem, en Palestine.

Réuni à Bakou, Azerbaïdjan, le Comité du patrimoine mondial a pris sa décision sur la base de la grande qualité des travaux effectués sur l'église ces dernières années, notamment la restauration de son toit, des façades extérieures, des mosaïques et des portes.

Le Comité s'est également félicité de la mise en attente d'un projet de creusement d'un tunnel sous la place Manger et de l'adoption d'un plan de gestion pour la conservation du site.

Pas plus tard que la semaine dernière, des rapports ont révélé que les archéologues avaient découvert à l'intérieur d'une fontaine baptismale, ou bassin d'eau bénite utilisé pour le rite du baptême, une fontaine plus ancienne qui remonte au sixième ou au septième siècle.

Les évangiles du Nouveau Testament de la Bible affirment que le Christ est né dans une mangeoire à Bethléem, sous le règne du roi Hérode, à Marie et Joseph. La nativité est la base de la fête chrétienne de Noël.

Depuis le deuxième siècle, l'église, située à 10 kilomètres au sud de Jérusalem, a été identifiée par les Chrétiens comme le lieu de naissance du Christ.

Alors que l'édifice d'une église construite en 339 de notre ère a été remplacé après un incendie au VIème siècle, les mosaïques élaborées du sol ont été conservées du bâtiment d'origine.

Le site officiel comprend également des couvents et des églises latines, grecques orthodoxes, franciscaines et arméniennes, ainsi que des clochers, des jardins en terrasse et une route de pèlerinage.

Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2012, en raison du mauvais état de l'église de la Nativité, il a été simultanément ajouté à la Liste du patrimoine mondial en péril.

Parmi les autres villes de la liste figurent les anciennes villes syriennes d'Alep, de Bosra et de Damas, toutes inscrites en 2013, et la «Cité maritime marchande de Liverpool» au Royaume-Uni - qui comprend six sites dans le centre-ville - inscrite en 2012.

Les 54 biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril visent à alerter la communauté internationale des menaces pesant sur les caractéristiques essentielles pour lesquelles un bien a été initialement inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Il peut s'agir de conflits armés, de catastrophes naturelles, d'urbanisation non planifiée, de braconnage ou de pollution.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.