Chaque jour, un enfant migrant est déclaré mort ou disparu : l'ONU appelle à plus de protection

28 juin 2019

Environ 1.600 enfants ont été signalés morts ou disparus entre 2014 et 2018, soit en moyenne près d'un par jour, mais beaucoup d'autres ne sont pas enregistrés, a révélé vendredi un nouveau rapport des Nations Unies.

Le rapport « Fatal Journeys 4 » réalisé par le Centre mondial d'analyse des données sur les migrations de l'Organisation internationale pour les migrations (GMDAC), en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), souligne la nécessité de disposer de meilleures données sur les décès et disparitions de migrants, en particulier d'enfants, un des groupes les plus vulnérables des migrants.

« Le manque de données sur l'âge, les caractéristiques et les vulnérabilités des enfants migrants disparus crée de graves lacunes en matière de protection », a déclaré Frank Laczko, le directeur du Centre. « Il est très difficile de créer des programmes et des politiques visant à les protéger», a-t-il ajouté.

Au cours de la période couverte par le rapport (2014-2018), l'OIM a signalé que, sur un total de 32.000 décès de migrants, plus de la moitié - environ 17.900 - sont morts ou ont disparu en Méditerranée. Les restes de près des deux tiers de ces victimes n'ont pas été retrouvés.

Le manque de données sur l'âge, les caractéristiques et les vulnérabilités des enfants migrants disparus crée de graves lacunes en matière de protection - Frank Laczko, directeur du Centre mondial d'analyse des données sur les migrations de l'OIM

Les Rohingyas fuyant le conflit et les persécutions au Myanmar ont été à l'origine de la grande majorité des décès enregistrés au cours des flux migratoires en Asie du Sud-Est au cours de la période considérée - 1 723 des 2.200 décès liés aux migrations dans la région - et le passage largement signalé de migrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique a fait augmenter chaque année depuis 2014, pour atteindre 1.907 décès durant la même période.

Le rapport a été publié quelques jours à peine après qu'une image choquante d'un migrant centraméricain et de sa petite fille noyés sur les rives du fleuve Rio Grande qui sépare le Mexique des États-Unis a été vue dans le monde entier.

La Directrice du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a décrit la photographie comme « une image saisissante qui devrait ébranler chacun d'entre nous jusqu'au fond de nous », et a lancé un appel aux pays pour qu'ils fassent davantage pour protéger les migrants vulnérables.

D'autres ventilations régionales sont disponibles sur le site Web du projet de l'OIM sur les migrants disparus.

L'action de l'OIM en faveur des enfants s'inscrit dans le cadre d'un vaste appel en faveur de l'amélioration des données et de la protection des enfants migrants, auquel participent l'UNICEF et d'autres institutions, dont l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation de coopération et de  développement économique (OCDE).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.