A l’approche du 75e anniversaire de sa charte, l’ONU appelle à revenir à l'esprit de San Francisco

26 juin 2019

Réaffirmer sa foi dans les droits de l’homme, promouvoir la justice sociale et préserver le monde du « fléau de la guerre » sont l’un des quelques principes fondateurs des Nations Unies énoncés dans la Charte de l’Organisation, qui a été signée il y a exactement 74 ans à San Francisco.

À cette occasion, un événement spécial a eu lieu mardi dans la salle de l'Assemblée générale au siège des Nations Unies à New York. Un évènement qui a également été l'occasion de lancer les activités commémoratives du 75e anniversaire de l'ONU, qui sera célébrée l'année prochaine.

Intervenant lors de cet événement, la Présidente de l'Assemblée générale des Nations Unies, María Fernanda Espinosa, a rappelé aux Etats membres que la Charte, signée en 1945, portait « les espoirs d'un monde fatigué par la guerre ». Bien qu'il soit facile de voir la Charte comme une « entreprise idéaliste d'un autre temps », a-t-elle déclaré, ses fondateurs n'étaient pas des rêveurs, mais des dirigeants forts qui « ont pesé les inconvénients d'un compromis, les avantages de la coopération et le coût élevé de la guerre ».

Aujourd’hui, a poursuivi Mme Espinosa, « nous pouvons faire appel à l’esprit de San Francisco », ce qui était manifeste lors de la signature du Programme de développement durable à l’horizon 2030 en 2015 et quelques semaines plus tard, lors de la signature de l’Accord de Paris historique sur la crise climatique mondiale. Cet esprit est nécessaire maintenant « plus que jamais », a-t-elle ajouté.

Citant un tweet publié le jour même par le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, Fabrizio Hochschild Drummond, le Sous-secrétaire général à la coordination stratégique a répété que, 74 ans plus tard, la Charte « représente toujours le meilleur moyen de garantir la paix, le développement et les droits de l'homme dans le monde ».

M. Hochschild, qui est chargé d'organiser la commémoration du 75e anniversaire de l'ONU en 2020, a déclaré que la raison pour laquelle il était encore nécessaire de recourir à Twitter pour invoquer la Charte était due à la perte de mémoire collective des souffrances. Ces mêmes souffrances qui avaient convaincu les diplomates réunis sur la côte ouest des États-Unis en 1945 de croire en la coopération mondiale.

Faisant référence aux célébrations planifiées de la Charte pour 2020, M. Hochschild a déclaré que nous nous trouvons à un « moment décisif dans l'histoire de notre institution, de notre humanité et que notre façon de gérer cela aura un impact sur le bien-être de nos enfants, de nos petits-enfants, et bien sûr pour la planète, notre seule maison ».

Le Secrétaire général, a-t-il poursuivi, estime qu'un « dialogue mondial tourné vers l'avenir, inclusif et dirigé par les jeunes » est le meilleur moyen de célébrer l'anniversaire de l'ONU et une vision partagée de l'avenir.

Les déclarations liminaires des hauts responsables de l’ONU ont été suivies de la signature symbolique d’un exemplaire de la Charte, par des représentants des États membres présents lors de sa signature à San Francisco il y a 74 ans, ainsi que les États non membres qui avaient été invités à participer en tant qu’observateurs à la naissance de l’Assemblée générale.

Une présentation du texte du préambule de la Charte dans les six langues officielles (anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe) a été installée mardi au siège des Nations Unies et restera en place pour illustrer l'engagement renouvelé en faveur de ce texte avant son 75e anniversaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.