Les abus sexuels envers les personnes âgées doivent être signalés, selon l'ONU

15 juin 2019

A l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation aux mauvais traitements infligés aux personnes âgées, célébrée le 15 juin, les Nations Unies ont signalé qu’environ 1 personne âgée sur 6 a été victime de maltraitance dans son environnement au cours de l'année dernière, et que cette proportion risque de s’accroître compte tenu du vieillissement rapide de la population dans de nombreux pays.

« Nous devons tous être plus attentifs et signaler les cas présumés de maltraitance des personnes âgées », a exhorté l’Experte indépendante sur la jouissance de tous les droits fondamentaux des personnes âgées, Rosa Kornfeld-Matte, dans une déclaration.

L'abus sexuel et le viol des personnes âgées est un sujet rarement abordé, mais demeure néanmoins une réalité, a déploré l'experte de l'ONU.

Mme Kornfeld-Matte a souligné que la plupart des mauvais traitements ne sont pas détectés et signalés, même en présence de signes avant-coureurs clairs. « Les abus sexuels et le viol des personnes âgées restent tabous. Cela reste en grande partie non signalé et non détecté et donc invisible », a expliqué l’experte.

Le nombre des plus de 60 ans dans le monde devrait au moins doubler, passant de 900 millions en 2015 à quelque 2 milliards en 2050.  L’ONU avertit qu’avec le vieillissement de nos sociétés, ce problème devrait s'aggraver considérablement et que le manque de données et d’études ne permettent pas d’estimer les dimensions concernées.  

L’ONU signale aussi que la maltraitance des personnes âgées peut entraîner de graves traumatismes physiques et avoir des conséquences psychologiques à long terme.

L’Experte Indépendante des Nations Unies chargée de promouvoir l’exercice par les personnes âgées de tous les droits de l’homme, Rosa Kornfeld-Matte. Photo : ONU / Jean-Marc Ferré

Des stéréotypes négatifs qui freinent le signalement d’abus

Mme Kornfeld-Matte a démenti le mythe selon lequel ce sont principalement des personnes inconnues qui perpétuent l'abus sexuel envers les personnes âgées.

La plupart des agresseurs sont des membres de la famille, des parents ou d'autres personnes de confiance

« Malheureusement, la plupart des agresseurs sont des membres de la famille, des parents ou d'autres personnes de confiance qui occupent habituellement des postes de soins. Cela explique la nature intrinsèquement sensible de la question », a précisé l’experte.

Aussi, selon elle, ce mythe est soutenu par une attitude sociétale qui n'accepte pas le concept de sexualité chez les personnes âgées, et donc l'idée qu'une femme âgée peut être ciblée parce qu'elle est une femme.

Les stéréotypes négatifs, comme le fait que les personnes âgées ne sont pas des êtres sexuels, leur plus grande dépendance à l'égard des autres, leur loyauté envers les membres du personnel ou les résidents, sont des obstacles uniques au signalement, à la détection et à la prévention des agressions sexuelles dans les maisons de retraites et de soins.

Malgré les graves conséquences pour la santé, les efforts déployés pour prévenir et combattre les abus restent insuffisants.

La compassion erronée pose également un défi en ce qui concerne l'abus sexuel des personnes âgées, selon l’experte. La possibilité de protéger les preuves médico-légales et autres preuves criminelles peuvent être perdue parce que l’on souhaite mettre la personne âgée à l'aise et la préserver de la honte plutôt que d’appeler la police.

Ecouter et sensibiliser

« Très souvent, le comportement d'une personne âgée, même si elle est confuse, vous dira que quelque chose ne va pas. Même avec la démence, les gens peuvent souvent faire connaître leurs sentiments si vous prenez le temps d'écouter, d'observer et de remarquer », a partagé Mme Kornfeld-Matte, ajoutant que « nous devons tous être conscients et avertis que les abus sexuels à l'égard des personnes âgées sont concevables, afin de voir une augmentation du signalement et de la détection des cas de maltraitance ».

Selon elle, tant les parents et les confidents, que le personnel des hôpitaux et des établissements de soins doivent être au courant de l'existence d'une agression sexuelle et qu'il est de leur devoir, en tant que fournisseurs de soins, de signaler rapidement toute agression sexuelle présumée ou soupçonnée.

« Il faut plus d'éducation, de formation, de données et de recherche pour combler les lacunes dans les connaissances sur l'incidence, les niveaux de déclaration, la nature des enquêtes, les interventions nécessaires pour mieux aider la victime et les interventions nécessaires pour prévenir les agressions sexuelles », a conclu l’experte onusienne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.