Le Conseil de sécurité encourage le G5-Sahel à intensifier ses efforts dans la lutte contre le terrorisme

17 mai 2019

Le Conseil de sécurité a encouragé les Etats membres du G5-Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à intensifier leurs efforts dans la lutte contre les groupes terroristes qui sévissent dans leur région.

Dans une déclaration à la presse publiée jeudi soir, les membres du Conseil ont salué les mesures prises récemment par le G5-Sahel pour rendre pleinement opérationnelle leur force conjointe, notamment par la reprise de ses opérations dans toutes les zones frontalières, le déploiement de 75% de sa capacité opérationnelle, ainsi que l'accroissement de ses activités de coopération civile et militaire. Ils ont souhaité que la force affiche une hausse de ses résultats opérationnels concrets.

Le Conseil de sécurité a entendu jeudi des exposés sur la force du G5-Sahel par la Sous-Secrétaire générale des Nations Unies pour l’Afrique, Bintou Keïta, le Ministre des affaires étrangères du Burkina Faso, Alpha Barry, le Haut-Représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya, le Représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel, Angel Losada, et le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov.

Le Conseil de sécurité a salué les mesures prises pour mettre en œuvre un cadre pour prévenir, enquêter et répondre aux violations des droits humains perpétrées par des membres de la force conjointe et ont appelé les Etats membres du G5-Sahel à s’assurer que les auteurs de crimes soient traduits en justice.

Les membres du Conseil ont souligné qu’il était important que les promesses de soutien financier par les bailleurs de fonds se matérialisent afin d’accélérer l’opérationnalisation de la force conjointe et ont salué le rôle de l’Union européenne pour identifier les besoins.

S’agissant des restrictions géographiques concernant l’appui logistique apporté par la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) à la force du G5-Sahel, le Conseil de sécurité a indiqué qu’il allait examiner cette question au moment du renouvellement du mandat de la MINUSMA.

De manière générale, le Conseil de sécurité s’est dit profondément inquiet de la « détérioration constante de la sécurité et de la situation humanitaire dans la région du Sahel », ainsi que de « la récente propagation de la menace du terrorisme et de la violence intercommunautaire ».

Le Conseil s’est félicité de la détermination des États du G5-Sahel à unir leurs efforts pour faire face aux conséquences du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée dans leur région.

Les membres du Conseil ont exprimé leur volonté de continuer à contribuer à prévenir une nouvelle déstabilisation de la situation sécuritaire au Burkina Faso. Ils ont encouragé le Secrétaire général de l’ONU à poursuivre rapidement l'actuel processus d'évaluation visant à adapter l'appui de l'ONU sur le terrain à l'évolution des besoins de la population.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU appelle les Etats membres du G5-Sahel à accélérer la pleine opérationnalisation de leur force conjointe

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation dans la région du Sahel, en Afrique, une haute responsable des Nations Unies a appelé les Etats membres du G5-Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à faire en sorte que leur force conjointe atteigne rapidement sa pleine capacité opérationnelle.