Gaza : des centaines de manifestants blessés risquent d’être amputés sans aide immédiate, alerte l’ONU

8 mai 2019

Les Nations Unies ont besoin d’urgence de 20 millions de dollars pour soigner 1.700 Palestiniens sérieusement blessés à Gaza et qui risquent d’être amputés.

29.000 Palestiniens ont été blessés dans les manifestations organisées chaque vendredi à Gaza depuis un an près de la ligne de séparation avec Israël.

« Parmi ces 29.000 personnes, 7.000 ont été touchées par des tirs à balle réelle et ont été soignées dans des établissements qui sont sérieusement mis à rude épreuve », a indiqué le Coordinateur humanitaire de l’ONU pour les territoires palestiniens, Jamie McGoldrick lors d’une conférence de presse mercredi à Genève.

Parmi ces 7.000 personnes gravement blessées, plus d’un quart (1.700 personnes) doivent être soignées rapidement au risque d’être amputés. A ce jour, 120 personnes ont déjà été amputées dont 20 enfants.

« Nous sommes dans une course contre la montre pour certains cas (de blessures) », a dit M. McGoldrick, précisant que de nombreux blessés sont confrontés a des problèmes d’ostéomyélite - une infection des os. « Il faut traiter et prévenir (cette infection), sinon nous aurons des amputations », a-t-il prévenu.

Le Coordinateur humanitaire de l’ONU a également indiqué que les frappes israéliennes du week-end dernier à Gaza ont fait 29 victimes palestiniennes. Au cours de la récente activité militaire, des centaines de roquettes ont été lancées depuis le territoire palestinien occupé vers le sud d’Israël qui a riposté avec des centaines de frappes aériennes et tirs de chars.

A Gaza, l’argent manque pour la santé et l’alimentation

L’ONU a lancé un appel de fonds de 350 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires sur l’ensemble du territoire palestinien occupé en 2019. A ce jour, cet appel n’a été financé qu’à hauteur de 14%.

A Gaza, la dette moyenne par ménage est actuellement de 4.000 dollars, les salaires étaient en moyenne de 400 dollars mensuels. Cette situation a été aggravée par un taux de chômage élevé chez les jeunes et par le faible financement de l’appel humanitaire de l’ONU.

« Nous avons besoin d’argent, nous avons besoin de ressources », a dit M. McGoldrick, rappelant que les Nations Unies se battent pour combler les déficits de financement dans les domaines de la santé et de l’alimentation dans un contexte d’effondrement économique et ou « les gens n’ont pas d’emploi ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de l'ONU condamne fermement l’intensification de la violence à la frontière d'Israël et de Gaza 

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, qui suit avec « une profonde préoccupation » les derniers développements à la frontière entre Gaza et Israël, a exhorté dimanche toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue.