Cyclone Kenneth : l’ONU a mis en alerte des équipes de recherche et de secours au Mozambique

26 avril 2019

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, s’est dit profondément attristé par les pertes en vies humaines et les dégâts causés par le cyclone tropical Kenneth. 

Avant d’atteindre la terre du continent africain, Kenneth est passé mercredi soir au large du petit archipel des Comores. 

Le cyclone Kenneth, qui a ensuite touché jeudi soir le nord du Mozambique, menace également la Tanzanie où les écoles et commerces ont fermé jeudi et la population a été appelée à se protéger. 

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Malawi et le Zimbabwe devraient connaître de fortes pluies et des inondations causées par le cyclone Kenneth.  Mais c’est au Mozambique où l’inquiétude plane surtout un mois à peine après le passage dévastateur plus au sud d’Idai, qui a fait plus de 600 morts. Le passage du cyclone Kenneth sur la côte nord du pays (province de Cabo Delgado) a occasionné de vents violents qui ont arraché des arbres. 

Le cyclone « devrait entraîner de fortes pluies pendant plusieurs jours », a confirmé ce vendredi matin le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué. 

Plus de 600 millimètres de précipitations sont attendues, soit près du double de ce qui est tombé en dix jours lors du passage d’Idai à Beira, selon le PAM. 

Les districts de Macomia, Mocimboa da Praia, Muidumbe et Palma, dans le Cabo Delgado, où les vents devraient dépasser 120 km / heure, devraient être les plus durement touchés, avec quelque 112.000 personnes à haut risque.

« En prévision du passage du Cyclone, le Gouvernement mozambicain a d’ailleurs déclenché le 24 avril une alerte rouge dans le nord du pays afin de faciliter l’aide aux personnes en danger », a souligné Herve Verhoosel, porte-parole du PAM cité dans le communiqué. De son côté, OCHA a mis en alerte les équipes de recherche et de secours.  

PAM
Lors de son passage au Mozambique le 25 avril 2019, le cyclone Kenneth a arraché des arbres et détruit des structures.

Abris, eau, nourriture, générateurs électriques et matériel de télécom parmi les besoins les plus urgents

La catastrophe intervient six semaines seulement après que le cyclone Idai a dévasté le centre du Mozambique, faisant plus de 600 morts, provoquant une épidémie de choléra, anéantissant les récoltes et les greniers du pays. 

« Cette tempête a obligé un million de personnes à dépendre de l’aide alimentaire pour survivre et endommageant massivement leurs maisons, écoles et infrastructures dans l’un des pays les plus pauvres du monde », a fait valoir le Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, Mark Lowcock, cité dans un communiqué.

Le Gouvernement a mis à disposition des bâtiments publics, y compris des écoles, pour accueillir les personnes cherchant un abri contre les inondations dans les districts de Pemba, Mecufi, Chiure, Metuge, Mocimboa da Praia, Palma, Macomia, Quissanga, Ibo et Muidumbe. 

Selon les prévisions de l’agence nationale de gestion des catastrophes du Mozambique (INGC), Kenneth menace près de 700.000 personnes. Le PAM collabore avec le gouvernement et d’autres organisations humanitaires à l’élaboration d’un plan d’intervention immédiate pour le nord du pays.

C’est la première fois de son histoire que le Mozambique est frappé par deux cyclones pendant la même saison. 

Les abris, l’eau, la nourriture et des articles non alimentaires, des générateurs électriques et le matériel de télécommunications devraient être les besoins les plus pressants. Les agences humanitaires ont stocké des produits et mis des équipes en attente. 

Le PAM a ainsi pré-positionné plus de 500 tonnes de vivres à Pemba pour pouvoir venir en aide aux personnes touchées. 1.000 tonnes supplémentaires sont prêtes à être expédiées depuis un entrepôt du PAM situé dans la province voisine de Nacala. 
 

WFP/Nour Hemici
A l'approche du cyclone Kenneth, des habitants de Pemba se sont réfugiés dans une école. Le PAM a mis un de ses hélicoptère à disposition pour évaluer les dégats, une fois que la météo le permettra.

Plus de 2.000 tonnes de vivres prépositionnés par le PAM

A Pemba, capitale de la province, le PAM a également prépositionné 564 tonnes de produits alimentaires, notamment du riz, du maïs, des haricots, des pois, de l’huile végétale, une céréale enrichie utilisée pour la fabrication de bouillie nutritive (mélange de maïs et de soja) et de biscuits à haute teneur énergétique. 

« Les biscuits sont souvent utilisés en cas d’urgence car ils sont faciles à transporter et n’ont pas besoin de cuisson », a précisé M. Verhoosel.

En outre, 1.122 tonnes, comprenant des denrées alimentaires nutritives prêtes à être consommées, sont prêtes à être expédiées depuis la province voisine de Nacala. 

Le PAM et ses ONG partenaires prévoient de distribuer immédiatement les 564 tonnes de vivres en stock aux communautés des districts de Pemba, Mocimboa da Praia, Palma, Quissanga, Macomia, Nangade, Ibo et Meluco.

Sur le plan logistique, un hélicoptère MI-8 du PAM devrait arriver à Cabo Delgado en provenance de la ville portuaire de Beira dès que les conditions météorologiques le permettront, les routes étant impraticables en raison des inondations, il est difficile de livrer des vivres. Une équipe d’évaluation conjointe PAM et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) s’est rendue de Pemba à Palma et à Mocimboa da Praia afin d’évaluer la situation et de planifier l’aide aux personnes touchées par le cyclone.

À noter qu’à ce jour, le PAM a fourni une aide alimentaire à 1,3 million de personnes touchées par le cyclone Idai il y a moins de six semaines. Bien que les eaux de crue se soient retirées dans la plupart des zones touchées, l’accès reste difficile, car l’infrastructure a été gravement compromise. Ce deuxième cyclone est un coup supplémentaire pour le peuple mozambicain et ne peut que compliquer la réponse humanitaire.

Le 14 mars, le cyclone tropical Idai a noyé la ville de Beira, au centre du Mozambique, puis a poursuivi sa route meurtrière vers l’ouest et le Zimbabwe voisin. Son passage a fait plus d’un millier de morts et des centaines de milliers de sans-abris dans ces deux pays.

L’ONU et ses partenaires continuent d’appuyer les interventions humanitaires dirigées par le gouvernement contre le cyclone Idai au Mozambique, au Malawi et au Zimbabwe.

 

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.