Mossoul : déminer une ville en ruines

4 avril 2019

Trois années d'occupation par le groupe terroriste EIIL (Etat islamique d'Iraq et du Levant, appelé aussi Daech), et une intervention militaire prolongée pour reprendre la région ont laissé la vieille ville de Mossoul, autrefois florissante, dans le nord de l'Iraq, dévastée par le conflit et contaminée par les mines et les restes d'explosifs.

La vieille ville est maintenant déserte, recouverte de millions de tonnes de gravats et truffée de milliers d'engins explosifs délibérément laissés là par l'EIIL.

Sur les 5,8 millions d'Iraquiens déplacés entre 2014 et 2017, près de 4 millions sont rentrés chez eux, tandis que d'autres attendent que leurs quartiers, leurs écoles et leurs marchés soient débarrassés de ces engins explosifs mortels. Des experts des Nations Unies en élimination des explosifs s'aventurent au plus profond de la vieille ville, s'exposant à des risques pour que d'autres personnes puissent rentrer chez elles en toute sécurité.

Lorsque le Service de lutte antimines de l’ONU (UNMAS) a commencé à travailler dans l'ouest de Mossoul, il a rencontré une quantité sans précédent d'engins explosifs improvisés. Hôpitaux, ponts, écoles et usines de traitement de l’eau étaient contaminés par ces engins laissés par l’EIIL.

Les engins explosifs improvisés, jusqu’à leur élimination, empêchent la réhabilitation des installations qui fournissent de l’eau potable, de l’électricité et des services de santé à la communauté.

Aujourd’hui, plus de 24 millions de mètres carrés ont été nettoyés, ce qui a permis de commencer les activités de stabilisation et de permettre aux familles de rentrer chez elles et de recommencer leurs vies.
 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.