La participation des femmes aux opérations de paix est cruciale pour la prévention des exactions

29 mars 2019

La Brésilienne Marcia Andrade Braga, Casque bleue au sein de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), a reçu vendredi le prix du Défenseur de l'égalité des sexes des mains du Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, lors de la réunion ministérielle 2019 sur le maintien de la paix, au siège des Nations Unies à New York.

« Je suis très honorée de recevoir ce prix… Il démontre l’importance que les Nations Unies accordent au genre au sein des opérations de paix », a déclaré la capitaine de corvette de la marine, prenant la parole dans la salle de l’Assemblée générale des Nations Unies.

« En République centrafricaine, chaque mois, plus de 1.000 incidents de protection sont enregistrés, la plupart contre des femmes et des enfants, et la population continue de souffrir les effets du conflit, notamment le grand nombre de crimes de violences sexuelles », a expliqué la Casque bleue.

« Seule 3,7% du personnel militaire au sein de la MINUSCA sont des femmes », a regretté Marcia Andrade Braga.

« Je vous demande d’envoyer plus de femmes dans les missions onusiennes, surtout dans des rôles sur le terrain, en contact avec les populations locales et les femmes leaders. Cela apportera des informations précieuses qui amélioreront l’efficacité de nos missions », a déclaré la lauréate à l'adresse de la soixantaine de ministres présents.

MINUSCA/Hervé Serefio
La capitaine de corvette brésilienne Marcia Andrade Braga est membre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

Les femmes Casques bleues créent des liens avec les communautés

Marcia Andrade Braga est Conseillère militaire pour l'égalité des sexes au quartier général de la force de la MINUSCA depuis avril 2018.

Elle a notamment contribué à la mise en place d'un réseau de conseillers et de coordonnateurs pour l'égalité des sexes parmi les unités militaires de la Mission et a encouragé le recours à des équipes mixtes d'hommes et de femmes pour effectuer des patrouilles communautaires dans le pays.

Dans une société où les femmes n’ont pas la voix, les Casques bleues servent d'exemple.

Selon elle, il est plus facile pour les femmes de parler des violations de leurs droits avec une autre femme.  Les Casques bleues peuventaussi servir d’exemple aux populations locales en matière d'égalité des genres.

« Quand il y a une femme qui participe aux patrouilles, qui participe aux mêmes activités que les hommes, et que la population voit des femmes avec des armes qui vont faire la patrouille, qui vont parler avec la population : c’est un exemple », a expliqué la Casque bleue brésilienne.

« Dans une société où les femmes n’ont pas la voix, où il est difficile pour les femmes de parler, lorsqu’elles voient des femmes le faire, c’est comme un exemple, une inspiration », a-t-elle ajouté. « Je pense que c'est très important d'avoir des femmes sur le terrain pour l'engagement,  pour obtenir des informations, pour mieux comprendre la situation sur le terrain ... Et cette compréhension, c'est mieux pour la prévention. Sans informations, c'est impossible de travailler pour la prévention ».

Saisie d'écran
Márcia Andrade Braga, lauréate du Prix des Nations Unies pour la promotion de l'égalité des sexes 2019.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, a estimé que Marcia Andrade Braga était un excellent exemple « de la raison pour laquelle nous avons besoin de plus de femmes dans le maintien de la paix : le maintien de la paix fonctionne efficacement lorsque les femmes jouent un rôle significatif et lorsque les femmes des communautés d'accueil sont directement impliquées ».

Créé en 2016, le prix du Défenseur des Nations Unies pour l'égalité des sexes de l'année reconnaît le dévouement et les efforts d'un ou d'une Casque bleue pour promouvoir les principes de la résolution 1325 des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité.

 

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

TEMOIGNAGE : « Dans des situations de désespoir, les femmes et les filles sont celles qui souffrent le plus »

En Haïti, Sara Siebert mobilise les communautés pour mettre fin aux violences faites aux filles et aux femmes. ONU Info l’a rencontrée en marge de la 63e session de la Commission de la condition de la femme organisée au siège des Nations Unies du 11 au 22 mars 2019.