L'ONU déplore l’impact disproportionné de la peine de mort sur les minorités et personnes de milieux pauvres

26 février 2019

Lors de la réunion-débat biennale de haut niveau du Conseil des droits de l’homme, la Haut-Commissaire des droits de l’homme de l’ONU s’est félicitée mardi de la tendance à l’abolition de la peine de mort de par le monde.

Michelle Bachelet a signalé qu’à la fin 2018, quelque 121 États ont voté en faveur de la résolution de l’Assemblée générale appelant à un moratoire sur la peine de mort.

Le problème reste pourtant entier.

Continuer à condamner à mort alors qu’il existe toujours un risque d’erreur, même infime, est inacceptable

Lorsque les équipes du Haut-Commissariat aux droits de l’homme se rendent dans des prisons, elles constatent que les condamnés à mort sont souvent des personnes vulnérables, que la pauvreté et les barrières linguistiques se traduisent par un non-respect des obligations juridiques.

« Et ces personnes vulnérables ne sont pas informées du droit à une procédure consulaire », a-t-elle fait valoir.

Dans ces cas, la punition est irréversible et arbitraire, a souligné Mme Bachelet. 

En gros, beaucoup trop de dénis de justice sont fondés sur la discrimination et les stéréotypes.

« Continuer à condamner à mort alors qu’il existe toujours un risque d’erreur, même infime, est inacceptable », a relevé la Haut-Commissaire, encourageant tous les États à abolir la peine de mort.

A cet égard, elle rappelle que dans certains États, des personnes sont condamnées parce qu’elles sont lesbiennes, gays, bisexuelles ou transsexuelles (LGBT) ou pour leur opinion politique ou leur appartenance à une religion. 

UN Photo/Antoine Tardy
Le Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères et des affaires européennes et de la Défense en charge de Beliris et des institutions culturelles fédérales belges, Didier Reynders, intervient au Palais des Nations, le 26 février 2019

La Belgique juge regrettable d’appliquer la peine de mort pour l’apostasie, le blasphème, l’adultère

Parlant au nom des États porteurs de la résolution établissant le panel de haut niveau sur la peine  de mort, le Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères et européennes de la Belgique, Didier Reynders, a jugé « regrettable » que la peine de mort continue à être appliquée dans un nombre limité de pays, y compris pour des comportements tels que l’apostasie, le blasphème, l’adultère ou des relations sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe, à savoir, des conduites qui ne répondent pas du tout au critère des « crimes les plus graves » tel que défini par le droit international.

La pauvreté et la peine de mort sont inextricablement liées en raison du coût de l’assistance juridique - Didier Reynders, Ministre des affaires étrangères de la Belgique

« L’application de la peine de mort dans ces cas revêt un caractère particulièrement discriminatoire », a déclaré M. Didier Reynders. Cela ne devrait plus exister au 21ème, a insisté le Ministre belge.

M. Reynders a déploré l’impact disproportionné de la peine de mort sur les personnes issues de milieux pauvres, soulignant que la pauvreté et la peine de mort sont inextricablement liées en raison du coût de l’assistance juridique.

Selon le Vice-Premier ministre belge, les nombreuses dépenses associées à l’accès à la justice sont un obstacle majeur pour les personnes provenant d’un environnement économique défavorable.

Cette peine a également un impact disproportionné à l’encontre des membres de minorités raciales et ethniques, ainsi qu’à l’encontre d’autres groupes tels que les ressortissants étrangers, les minorités sexuelles et les femmes.

Parfois, elle procède d’une application discriminatoire ou arbitraire de la loi. 

Concluant son intervention, M. Reynders a indiqué que son pays accueillait cette semaine, à Bruxelles, le Septième Congrès mondial contre la peine de mort, organisé par l’ONG Ensemble contre la peine de mort.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Peine de mort : l’ONU appelle l’Egypte à mettre un terme à toutes les exécutions

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est dit préoccupé par les exécutions en Egypte et a appelé vendredi les autorités à y mettre un terme.