Le travail décent est essentiel pour parvenir à la justice sociale (OIT)

20 février 2019

A l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale, le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder, a souligné mercredi que le travail décent est essentiel pour parvenir au développement durable et à la justice sociale, sans lesquels il ne peut y avoir de paix durable.

Le Directeur général de l’OIT juge indéniable que des progrès considérables ont été faits sur le plan économique et social. Toutefois, ces bienfaits sont souvent inégalement répartis.

Bien des gens sont sortis de la pauvreté, mais beaucoup sont dans une situation précaire – Guy Ryder, Directeur général de l’OIT

« Bien des gens sont sortis de la pauvreté, mais beaucoup sont dans une situation précaire. Certes, la technologie a créé des emplois, ouvert le champ des possibles et réduit la pénibilité de certaines activités, mais aujourd’hui encore, des milliards de personnes survivent à peine dans l’économie informelle », déclare Guy Ryder dans une déclaration.

« De nombreux pays sont marqués par de profondes inégalités sociales et économiques ou déchirés par la guerre et les conflits. En outre, dans un monde du travail en mutation, les relations, les normes et les règles établies sont remises en question et les droits fondamentaux au travail ne sont pas encore pleinement réalisés », ajoute le patron de l’OIT.

Selon Guy Ryder, il est tout aussi certain aujourd’hui qu’en 1919 que la paix et la stabilité ne pourront durablement exister que si elles sont fondées sur le développement durable et la justice sociale.

Aussi, parvenir au travail décent, c’est-à-dire un travail librement choisi, exercé dans des conditions d’égalité, de sécurité et de dignité, sera essentiel. « Nous pouvons choisir la voie qui rendra possible un avenir meilleur pour les femmes et les hommes, pour leur famille, pour les communautés et pour la société en général », souligne-t-il.

Ni paix ni développement sans justice sociale

Le mot d’ordre de l’ONU en cette Journée mondiale de la justice sociale est le suivant : “Ni paix ni développement sans justice sociale”.

Ce précepte est le fondement même de l’OIT : on peut ainsi lire, gravé sur la première pierre du premier bâtiment qui a abrité le siège de l’Organisation, la locution latine Si vis pacem, cole justitiam – Si tu veux la paix, cultive la justice. Depuis un siècle, l’OIT s’emploie à s’acquitter de sa mission de promotion de la justice sociale dans le monde du travail.

L’OIT continuera de défendre les droits et les normes sur lesquels repose le travail décent  - Guy Ryder, Directeur général de l'OIT

« L’OIT continuera de défendre les droits et les normes sur lesquels repose le travail décent et de promouvoir des politiques favorables au travail décent ainsi que des conditions propices à la création d’emplois décents par les entreprises », souligne encore Guy Ryder dans son message. L’OIT, promet-il,  encouragera le dialogue social afin que puisse émerger une vision commune d’un futur où chacun aura sa place, notamment au moyen d’une transition juste vers la durabilité environnementale.

Le Directeur général de l’OIT s’engage aussi à continuer à servir la justice sociale, et à œuvrer en faveur du travail décent, vecteur d’une paix durable.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’OIT fait dix recommandations pour relever les défis liés aux transformations dans le monde du travail

Une garantie universelle pour les travailleurs, une protection sociale de la naissance au troisième âge et un droit à l’apprentissage tout au long de la vie figurent parmi les dix recommandations formulées par la Commission mondiale de l’OIT sur l’avenir du travail dans un rapport historique publié à l’occasion de la célébration du centenaire de l’Organisation.