L'OIM rapatrie le 1000ème Ghanéen de Libye et du Niger depuis 2017

1 février 2019

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a reçu un mandat en décembre 2016 pour aider à secourir les migrants vulnérables du Ghana bloqués en route vers l'Europe. Le plan était de ramener 650 hommes et femmes dans leurs foyer d'ici trois ans. Cette semaine, l’OIM a atteint - et dépassé - cet objectif initial, rapatriant ainsi son 1001e bénéficiaire ghanéen dans le cadre d’une campagne qui a dépassé toutes les attentes.

«Je suis heureux d’être revenu dans ma famille. Je n’ai pas perdu la vie pendant mon voyage ou en Libye. Je suis enfin rentré chez moi », a exulté Fuseini, un rapatrié ghanéen rentré de Libye en 2017, l'un des premiers à participer au programme. Il espère ouvrir un magasin de vêtements.

Fuseini est l'un des nombreux migrants ghanéens qui ont été assistés par l'OIM en coopération avec l'Union européenne (UE) au Ghana et le gouvernement du Ghana. La majorité (928 hommes et 73 femmes) ont bénéficié de l'assistance de la Libye (795) et du Niger (195), le reste revenant au Ghana en provenance d'autres pays. 

Le dernier vol retour est arrivé il y a une semaine, le 25 janvier. Le projet durera jusqu'en 2020.

Au Ghana, l’OIM fournit à tous les rapatriés une assistance à l’arrivée, notamment sous forme d’argent de poche destiné à couvrir les besoins immédiats. Tous les rapatriés sont également admissibles à un soutien à la réintégration en fonction de leurs besoins, notamment le conseil, l’éducation et la formation professionnelle, ainsi qu’un soutien psychosocial et médical.

L'OIM propose également des références pour d'autres services ou un soutien en nature dans le cadre de projets individuels, collectifs ou communautaires. Jusqu'à présent, les dossiers de soutien à la réintégration de 556 migrants ont été traités.

Initiative conjointe Union UE-OIM

Cette assistance est financée par l'Union européenne dans le cadre de l'Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants au Ghana, un programme d'une durée de trois ans, qui a débuté en mai 2017.

«Etant donné les liens clairs qui ont été établis entre migration et développement, le gouvernement s'est engagé à élaborer des stratégies qui conduiront à une réintégration durable des rapatriés afin de leur permettre de contribuer de manière significative au développement du pays», a déclaré Rose Tsorhey, Directrice de la planification des politiques, du suivi et de l’évaluation au ministère de l'Intérieur (coprésidente du comité de pilotage du projet avec la délégation de l'UE.

De son côté, l'ambassadrice de l'UE au Ghana, Diana Acconcia, a précisé que «le Fonds d'affectation spéciale d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique a été créé dans le but premier de sauver des vies de migrants. C’est pourquoi je suis heureuse de constater que, par une initiative conjointe, l’UE et l’OIM ont déjà soutenu le retour dans la dignité de plus de 1 000 Ghanéens bloqués sur le long des routes, principalement en Libye et au Niger. "

Soutenir le retour dans la sécurité et la dignité de plus de 1 000 Ghanéens, dont beaucoup étaient en détention, est une réalisation importante qui mérite d'être saluée - Sylvia Lopez-Ekra, cheffe de mission de l'OIM Ghana

Le projet s'inscrit dans le cadre de l'initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, qui facilite une gestion des migrations ordonnée, sûre, régulière et responsable grâce à l'élaboration de politiques et de processus de protection et de réintégration durables, fondés sur les droits et le développement.

L'initiative conjointe, soutenue par le Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique (FESU), prévoit une collaboration étroite avec 26 pays africains. À ce jour, il a offert son assistance à plus de 58 000 migrants bloqués le long des routes migratoires en Afrique afin qu'ils puissent rentrer chez eux en toute sécurité.

«Soutenir le retour dans la sécurité et la dignité de plus de 1 000 Ghanéens, dont beaucoup étaient en détention, est une réalisation importante qui mérite d'être saluée. Cependant, il reste beaucoup à faire pour soutenir l'intégration réussie de ces migrants au Ghana tout en continuant à faciliter les nouveaux retours volontaires et à diffuser des messages de migration sécurisée », a déclaré Sylvia Lopez-Ekra, cheffe de mission de l'OIM Ghana.

Un migrant sur quatre est rentré dans la région de Brong Ahafo, suivi par Ashanti (17%), Accra (17%) et la région occidentale (11%).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.