RDC : l’envoyée de l’ONU salue la maturité du peuple congolais après l’élection d’un nouveau Président

31 janvier 2019

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la République démocratique du Congo (RDC), Leila Zerrougui, a salué mercredi la maturité du peuple congolais alors que le nouveau Président Félix Thisekedi, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 30 décembre 2018, a pris ses fonctions la semaine dernière.

« Je pense que nous étions témoins d’une période historique de votre pays. Nous avons vécu des moments difficiles, des moments d’angoisse, d’inquiétude, de préoccupation, sur qu’est-ce qui va se passer, comment va être le lendemain », a dit Mme Zerrougui lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

« Je pense que le peuple congolais a démontré une maturité extraordinaire. Je pense que le peuple congolais a été patient avec son élite, avec ses représentants politiques avec ses institutions », a-t-elle ajouté. « Il a été patient, il a aussi été, de mon point de vue, conscient des enjeux, des risques et de l’importance de ce qui est en train de se passer dans ce pays. Et il a été à la hauteur de défis ».

Selon elle, cette dimension historique va aussi impacter les étapes futures. « Nous avons tous la responsabilité de faire en sorte que cette étape soit accompagnée et que nous jouions un rôle positif pour aider les Congolais à construire ce qui est le fondement de l’Etat-nation, de l’Etat moderne congolais », a-t-elle souligné.

Leila Zerrougui, qui dirige la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO), a rencontré cette semaine le nouveau Président Félix Tshisekedi, issu de l’opposition, afin d’échanger avec lui et mettre les capacités de la MONUSCO à la disposition du gouvernement congolais « pour appuyer la RDC là où les nouvelles autorités décideront que ce sont leurs priorités ».

L’envoyée de l’ONU a aussi rencontré cette semaine un autre candidat à la l’élection présidentielle, Martin Fayulu, qui a contesté les résultats. Il s’agit pour Mme Zerrougui de « continuer à jouer le rôle que je joue avec toutes les parties prenantes en RDC, d’accompagner ce processus et d’aider à ce qu’on ait une opposition aussi constructive, qui peut jouer un rôle positif ».

Selon elle, il est très important que les Congolais, quelles que soient leur position, leur posture, la légitimité de leur action, agissent « de façon paisible », aient « des relations civilisées entre partenaires ».

L’envoyée de l’ONU a souhaité que l’année 2019 soit « l’année de la stabilité, de l’unité et du démarrage vers un avenir meilleur, le développement de ce pays, la construction des relations avec aussi le reste du monde, avec les voisins qui vont vous permettre de continuer le processus de construction de l’Etat ».

Une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU se trouve actuellement en RDC pour examiner le futur mandat de la MONUSCO, qui est présente dans le pays depuis 1999 et compte environ 17.000 Casques bleus.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : un mois après des affrontements meurtriers, Yumbi reste une « ville fantôme » (MONUSCO)

Au moins 535 civils ont été tués dans les violences interethniques qui ont touché mi-décembre le territoire de Yumbi, dans l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC), à la frontière avec la République du Congo, révèle un rapport préliminaire de l’ONU.