L'ONU lance un appel de fonds humanitaire pour faire face à la crise au nord-est du Nigéria

29 janvier 2019

Des millions de civils continuent de faire face à des conditions très difficiles dans le nord-est du Nigéria et le reste de la région du lac Tchad, où une récente flambée de violence causée par le groupe extrémiste Boko Haram a déraciné des dizaines de milliers de personnes et exacerbé une situation humanitaire déjà dramatique, a prévenu mardi le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

C'est dans ce contexte que l’ONU et ses partenaires, avec l’appui des gouvernements du Nigéria et des pays hôtes des réfugiés nigérians, ont présenté la stratégie de réponse humanitaire 2019-2021 pour le nord-est du Nigéria et le plan régional d’aide aux réfugiés nigérians. Ils demandent respectivement 848 millions de dollars et 135 millions de dollars pour continuer à fournir de la nourriture, de l’eau, des abris et une protection aux populations les plus vulnérables du Nigéria, du Cameroun, du Tchad et du Niger.

La stratégie de réponse humanitaire définit également une vision collective d’action humanitaire pour les prochaines trois années. C’est la première fois au Nigéria que les acteurs humanitaires adoptent une approche pluriannuelle.

« Nous devons poursuivre les efforts déployés ces dernières années pour que l'aide parvienne à ceux qui en ont le plus besoin. Le conflit qui dure depuis une décennie a causé d’immenses souffrances aux enfants, aux femmes, aux hommes, à leurs familles et communautés. Nous avons sauvé des millions de vies et nous nous efforçons de fournir une aide immédiate pour répondre aux besoins humanitaires nouveaux et existants », a déclaré Edward Kallon, Coordinateur humanitaire des Nations Unies pour le Nigéria.

Les organisations humanitaires au Nigéria ciblent 6,2 millions de personnes les plus durement touchées par la crise à Borno, Adamaoua et Yobe dans le nord-est du pays.

Plus de 220.000 réfugiés nigérians dans la région

De son côté, le HCR a besoin d'argent pour aider 228.500 réfugiés nigérians qui ont fui vers le Cameroun, le Tchad et le Niger.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a signalé une situation inquiétante. « Les attaques ont encore tué des civils et forcé des milliers de personnes à fuir pour sauver leur vie. Jeunes filles, femmes âgées et travailleurs humanitaires continuent de payer un lourd tribut », a déclaré Liz Ahua, Coordonnatrice régionale pour les réfugiés nigérians et Représentante régional du HCR pour l'Afrique de l'Ouest.

Alors que des réfugiés nigérians continuent d’arriver dans des communautés très isolées et appauvries dans les pays voisins, « il est temps d'élargir notre réponse à une approche à plus long terme pour soutenir ceux qui ont été forcés de fuir et les communautés qui les accueillent, car elles vivent déjà en dessous du seuil de pauvreté et leur capacité à aider les personnes déplacées est mise à rude épreuve », a-t-elle ajouté.

Le HCR, conjointement avec le PNUD, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a lancé le Plan régional 2019 d’aide aux réfugiés nigérians.

« La poursuite du conflit dans le nord-est du Nigéria accroît encore la vulnérabilité des réfugiés, des déplacés internes, des familles et des communautés d’accueil confrontées à de graves problèmes de développement », a averti la Coordonnatrice régionale du PNUD, Nana Oumou Touré-Sy.

OCHA/Ivo Brandau
Un camp de réfugiés dans le nord du Cameroun hébergeant des réfugiés nigérians (archives).

Situation précaire dans la région 

Aujourd’hui, 2,5 millions de personnes sont déplacées dans la région du lac Tchad, dont 1,8 million au Nigéria et 228.500 réfugiés dans les pays voisins.

La recrudescence récente de la violence dans le nord-est du Nigéria a obligé plus de 80.000 civils à chercher refuge dans des camps surpeuplés ou dans des villes de l'État de Borno. Ils survivent dans des conditions difficiles.

Plus de 15.000 personnes ont fui vers le Cameroun et le Tchad voisins ces dernières semaines. Les hostilités ont également mis à rude épreuve les opérations humanitaires. La destruction des moyens de subsistance et des infrastructures est généralisée : environ 1,7 million de personnes sont actuellement en situation d'insécurité alimentaire dans les États de Borno, d'Adamawa et de Yobe, au Nigéria. 368.000 enfants sont en situation de malnutrition aiguë sévère; les deux tiers des établissements de santé ont été endommagés; et environ 900.000 enfants ne vont pas à l'école.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Nigéria : l’ONU condamne les attaques répétées par des terroristes dans le nord du pays

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné les attaques répétées commises par des terroristes et d'autres groupes extrémistes dans le nord du Nigéria, faisant de nombreuses victimes parmi la population civile et les forces de sécurité et perturbant la vie courante.