La CPI confirme la mise en liberté de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé suite à leur acquittement

16 janvier 2019

La Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale (CPI) a constaté mercredi à la majorité qu'il n'y avait pas de circonstances exceptionnelles allant à l'encontre de la mise en liberté de l'ancien Président de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, et de l'ex-chef des jeunesses pro-Gbagbo, Charles Blé Goudé, suite à leur acquittement la veille.

Selon la Cour, la juge Herrera Carbuccia a, pour sa part, joint une opinion dissidente.

Le Procureur de la CPI peut interjeter appel contre cette décision, auquel cas il reviendra à la Chambre d'appel de décider si MM. Gbagbo et Blé Goudé devraient ou non demeurer en détention à la CPI.

La Chambre de première instance a demandé au Greffier d'obtenir auprès de M. Gbagbo et M. Blé Goudé et de leurs conseils principaux les assurances nécessaires de leur retour devant la Cour si et quand leur présence au siège de la CPI sera requise.

Le Greffier de la CPI mettra en place les mesures logistiques, organisationnelles et diplomatiques nécessaires.

Selon la CPI, le lieu de la mise en liberté dépendra des observations des personnes concernées et de l'accord de l'Etat ou des Etats concernés. 

Le 15 janvier 2019, la Chambre a acquitté M. Gbagbo et M. Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l'humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire –tentative de meurtre, et persécution) prétendument perpétrés dans le contexte des violences post-électorales en Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d’Ivoire : la CPI acquitte Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé et ordonne leur mise en liberté

La Cour pénale internationale ( CPI) a acquitté mardi l'ancien Président de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, et l'ex-chef des jeunesses pro-Gbagbo, Charles Blé Goudé, de toutes les charges de crimes contre l'humanité prétendument perpétrés dans ce pays de novembre 2010 à avril 2011.