L’OMS va aider à accroître la résilience des réfugiés syriens en Iraq grâce à un soutien financier américain

8 janvier 2019

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) va aider à accroître la sécurité sanitaire et la résilience des réfugiés syriens vivant sur le territoire iraquien, grâce à une contribution de 2,5 millions de dollars accordée par les Etats-Unis.

Environ 250.000 réfugiés syriens vivent actuellement dans les trois gouvernorats de la région du Kurdistan d'Iraq (KRI) : Erbil, Dahuk et Sulaymaniyah. La majorité de ces réfugiés (64%) vit au sein de communautés d'accueil.

« Il est urgent de soutenir les autorités sanitaires locales du KRI pour faire en sorte que les réfugiés syriens aient accès à des services de santé appropriés », a déclaré le Dr Adham R. Ismail, Représentant par intérim de l'OMS en Iraq dans un communiqué publié mardi par l’agence onusienne.

« Fournir des services complets de prévention primaire, secondaire, de recommandations et de prévention des épidémies et d'intervention dans les trois gouvernorats est une priorité de l'OMS pour protéger les réfugiés et leurs communautés d'accueil face à d'éventuelles urgences de santé publique », a-t-il ajouté.

Les réfugiés syriens en Iraq ont accès gratuitement aux services de soins de santé primaires par le biais des centres de santé installés dans des camps de réfugiés ou dans des établissements de santé publics spécialement conçus pour les personnes vivant avec les communautés hôtes.

Des services fournis dans la région du Kurdistan

Ces services ont été fournis par les directions de la santé des trois gouvernorats de la région du Kurdistan d'Iraq en collaboration avec l’OMS et des partenaires de santé. Selon les rapports nationaux sur la santé de 2017, 264.611 consultations médicales ont été dispensées aux réfugiés syriens vivant au KRI.

Cependant, les déplacements internes massifs de plus de 3,3 millions d'Iraquiens en 2014 ont mis à rude épreuve les capacités des autorités sanitaires nationales et des partenaires humanitaires de continuer à répondre aux besoins des réfugiés et de répondre à la demande accrue d'interventions de soins de santé.

Depuis 2018, l’OMS s’emploie activement à combler les lacunes en matière de médicaments essentiels, de fournitures et de matériel médicaux, à améliorer les services d’orientation des soins et à soutenir les activités de surveillance et de contrôle de la qualité de l’eau dans les camps de réfugiés et en dehors.

La contribution américaine de 2,5 millions de dollars appuiera la fourniture de services complets de soins et d’orientation de santé primaires à environ 300.000 réfugiés syriens et membres de leurs communautés d’accueil dans la région du Kurdistan d'Iraq.

Le financement américain appuiera également les services de soins de santé destinés aux patients handicapés et aux personnes souffrant de troubles mentaux dans les trois gouvernorats mentionnés, par le biais d’un programme de formation complet destiné aux professionnels nationaux travaillant dans le domaine de la santé mentale.

La contribution des Etats-Unis couvrira également l’achat et la distribution de médicaments essentiels, ainsi que la fourniture et d’équipements médicaux, dans certains établissements de santé desservant les réfugiés dans les gouvernorats ciblés.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : l’ONU et ses partenaires ont besoin de 5,5 milliards de dollars pour financer l’aide

Les agences des Nations Unies et des ONG humanitaires partenaires ont lancé un appel de fonds de 5,5 milliards de dollars aujourd’hui, destiné à fournir un soutien vital au cours de l’année à venir à plus de cinq millions de réfugiés syriens et aux communautés vulnérables qui les accueillent dans les pays voisins.