Burkina Faso : le chef de l'ONU condamne les attaques contre des civils à Barsalogo

5 janvier 2019

Le Secrétaire général des Nations Unies a condamné vendredi soir les attaques à l’encontre de civils signalées dans la commune de Barsalogo, au nord du Burkina Faso, au début de cette semaine.

Dans une déclaration publiée par son porte-parole, António Guterres  s'est dit préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire dans certaines provinces du pays où les autorités ont déclaré l'état d'urgence, ainsi que par la violence intercommunautaire.

Selon la presse, des individus armés non identifiés ont attaqué le village de Yirgou,  dans la commune de Barsalogo,  dans le centre-nord du Burkina Faso,  dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, tuant sept personnes dont le chef du village.  L'attaque a été suivie de représailles intercommunautaires  provoquant la mort d’au moins 46 civils, entre mardi et mercredi.

M. Guterres a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. 

Le chef de l'ONU a réitéré l'engagement des Nations Unies à soutenir le Burkina Faso dans ses efforts visant à lutter contre le terrorisme, poursuivre ses réformes dans le secteur de la sécurité, promouvoir la réconciliation nationale et créer les conditions propices à une paix et un développement durables.

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.