Elyx, la part d’enfant en chacun d’entre nous qui appelle à l’action

4 janvier 2019

L’Ambassadeur numérique de l’ONU Elyx a appelé à « faire partie de la réponse » et « ne pas rester passif » face aux défis mondiaux, lors de son récent passage au siège de l’ONU à New York, à l’occasion du 70eme anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Ce personnage, dessiné par l’artiste YAK, est au service de l’ONU depuis 2014, lorsqu’il a illustré les 30 articles de la Déclaration pour les rendre plus accessibles.

« Elyx c’est la part d’enfant en chacun d’entre nous », a expliqué son créateur lors d’une interview à ONU Info. « On retrouve dans Elyx cette forme quasiment primale de quelque chose d’essentiel, qui fait que tout le monde peut se l’approprier indépendamment de sa culture et de ses origines, ce qui fait qu’il a cette dimension universelle », a déclaré YAK.

Un moment charnière pour la Déclaration des droits de l’homme

Selon l’artiste, ce rendez-vous à l’occasion des 70 ans de la Déclaration « à un moment charnière entre l’héritage de la Déclaration des droits de l’homme et les enjeux de 2030 et des Objectifs de développement durable » était une évidence.

« La plupart des articles sont en souffrance. Il y en a énormément qui ne sont pas respectés même dans des pays plutôt avancés en termes de droits, notamment tous les articles liés à la migration ou à la vie privée, des choses qui résonnent tout particulièrement aujourd’hui, peut-être plus qu’en 1948 », a précisé son auteur.

Elyx est ainsi venu porter un double message : protéger cet héritage et en faire la base pour construire des nouveaux droits par rapport à ce qui n’existait pas en 1948, notamment sur le numérique et sur le changement climatique.

Elyx est à la fois une façon ludique de rendre des sujets complexes et sérieux accessibles à tout le monde, et un agent rassembleur.

« Aujourd’hui on a plus que jamais besoin de resserrer les liens et de chercher plutôt ce qui nous unis plutôt que ce qui nous différencie », a expliqué YAK, précisant qu’Elyx permet non seulement d’aborder les enjeux internationaux d’actualité, mais aussi de faire discuter entre eux des citoyens, des organisations non-gouvernementales et des gouvernements.

Pour une lecture contemporaine de la Déclaration des droits de l’homme

Bien que l’article 24 de la Déclaration des droits de l’homme qui porte sur le droit au repos le fasse rêver, pour Elyx c’est l’article 12 sur le respect de la vie privée qui est important. Dans une lecture contemporaine, cet article porte sur le partage des informations sur l'Internet et sur le vrai danger de la manipulation des informations, les « fakes news », et le fait que la vérité soit devenue une option.

« Le 12 est très particulier sur l’urgence absolue de traiter la question d'une gouvernance mondiale de l’Internet et la manière dont on gère cette question de l’information, avec des démocraties qui tombent les unes après les autres à chaque fois pour les mêmes raisons et avec les mêmes outils », a souligné l’artiste engagé.

« Tant que l’on n’arrivera pas à créer une attention de qualité qui repose sur des faits et sur la réalité, on n'arrivera pas à mettre en œuvre l’action nécessaire pour les changements climatiques », a affirmé YAK, précisant que les deux défis se jouent en parallèle.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.