Méditerranée : forte baisse des traversées en 2018 et l’Espagne en tête des arrivées (HCR)

3 janvier 2019

Pas moins de 113.482 personnes ont traversé la Méditerranée en 2018 pour rejoindre l’Europe, une baisse par rapport aux 172.301 qui sont arrivés en 2017, selon les derniers chiffres publiés par le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés rappelle d’ailleurs que le niveau des arrivées a également chuté par rapport au pic de 1,015 million enregistré en 2015 et à un moindre degré des 362.753 arrivées répertoriées en 2016.

Toutefois pour l’année 2018, si l’on ajoute près de 7.000 migrants enregistrés dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla (arrivées par voie terrestre), on obtient un total de 120.205 arrivées en Europe.

L'an dernier l’Espagne est redevenue la première porte d’entrée en Europe, avec 62.479 arrivées (dont 55.756 par la mer soit deux fois plus qu’en 2017, avec 22.103 arrivées).

La péninsule ibérique est suivie par la Grèce (32.497), l’Italie (23.371), Malte (1.182) et Chypre (676).

 

Photo HCR/Markel Redondo
Des réfugiés attendent d'être aidés par la Croix-Rouge espagnole dans le port de Malaga, après avoir débarqué d'un navire de secours espagnol. 19 septembre 2018.

2.262 migrants et réfugiés morts en Méditerranée l’an dernier

Par ailleurs, 2.262 personnes ont trouvé la mort ou sont portées disparues lors de leur tentative de traversée en 2018, et ce malgré une baisse significative du nombre d’arrivants.

Le nombre de morts et d’arrivées par la Méditerranée est également en baisse par rapport à 2017, quand 3.139 personnes avaient trouvé la mort ou portées disparues. A noter qu’il y a eu 5.096 décès ou réfugiés portés disparus en 2016 et 3.771 en 2015.

Si l’Agence onusienne s’est félicitée du travail des navires ONG de recherche et de sauvetage pour leur rôle essentiel dans la prévention d’un bilan plus élevé, le HCR a toutefois plaidé pour des « indications claires » pour les navires qui recueillent des migrants.

 

© HCR/Markel Redondo
Le navire des garde-côtes espagnols, Maria Zambrano, amarre dans le port d'Algésiras, en Espagne, après avoir secouru 146 réfugiés et migrants marocains en Méditerranée.

 

« En 2019, il est essentiel de mettre fin à l’approche actuelle bateau par bateau. Les États doivent mettre en œuvre un mécanisme régional qui donne aux capitaines de navires des indications claires et prévisibles sur l’endroit où débarquer les réfugiés et les migrants secourus en Méditerranée », avait fait valoir le 31 décembre dernier, Vincent Cochetel, Envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale.

A noter qu’en 2018, le premier pays d’origine des migrants et des réfugiés était la Guinée Conakry (13.068 personnes), suivi du Maroc (12.745) et du Mali (10.347). La Syrie est le quatrième pays d’origine avec 9.839 arrivées, suivie de l’Afghanistan (7.621) et de l’Iraq (7.333).

Aidez-nous à connaître votre opinion sur ONU Info et à répondre à vos besoins : prenez 4 minutes pour répondre à notre sondage!

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En cette fin 2018, le HCR appelle à une solution rapide pour les réfugiés bloqués en Méditerranée

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a appelé lundi les Etats à proposer d’urgence des ports sûrs pour l’accostage de deux navires ONG se trouvant actuellement en mer Méditerranée ainsi que le débarquement de 49 réfugiés et migrants secourus, dont de jeunes enfants.