Méditerranée : 25 personnes décédées ou portées disparues au large de l’Espagne (ONU)

21 décembre 2018

Au moins 13 personnes sont mortes et 12 autres portées disparus en tentant de gagner les côtes du sud de l’Espagne à bord d'une embarcation précaire, ont signalé vendredi deux agences de l'ONU.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), six bateaux ont été secourus jeudi en mer d’Alborán, la partie occidentale de la mer Méditerranée qui sépare l’Espagne du Maroc. 13 corps, dont celui d'une femme enceinte, ont été retrouvés dans deux des six embarcations. « Vous pouvez imaginer le traumatisme des personnes qui ont été secourues », a dit Liz Throssell, la porte-parole du HCR lors d’un point de presse vendredi à Genève.

L’un des bateaux aurait apparemment été heurté par une houle qui a jeté des personnes à l’eau. 12 autres personnes sont portées disparus.

« C’est une situation qui continuera d’évoluer et les chiffres sont par conséquent susceptibles de changer », a toutefois précisé la porte-parole du HCR.

Dans le froid hivernal qui frappe la Méditerranée, une mère et son enfant de deux ans atteint d’hypothermie secourus sur l’une des embarcations ont été évacués par hélicoptère vers un hôpital. 

Selon l'agence des Nations Unies en charge des réfugiés, un grand nombre des personnes secourues ont été débarqués dans le port d’Almeria, en Andalousie, où elles seraient actuellement dans des centres de détentions.

Sur place, le HCR et son partenaire opérationnel en Espagne ont rendu visite aux survivants jeudi soir pour leur venir en aide, leur fournir des informations, identifier les besoins potentiels en matière de protection mais aussi « faciliter l’accès au processus d’asile à ceux qui pourraient en avoir besoin », a précisé Mme Throssel.

D’après le Projet de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sur les migrants disparus (MMP), la plupart des personnes qui ont péri ou disparu le long d’itinéraires migratoires à travers le monde en 2018, ont été enregistrés dans la région méditerranéenne. Avec 2.218 décès et disparitions de migrants enregistrés en mer Méditerranée, cette dernière est aujourd’hui l’un des couloirs migratoires les plus meurtriers du monde.

L'Espagne reste la première porte d’entrée européenne en Méditerranée en 2018

L’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée des migrants et réfugiés en Europe devant la Grèce et l’Italie.

Selon les derniers chiffres de l’OIM, actualisés au 19 décembre, 56.480 personnes sont arrivées en Espagne par la mer Méditerranée depuis le 1er janvier et 769 sont morts dans la traversée, soit plus de trois fois plus qu’en 2017. « Il s’agit d’un taux supérieur à 1.000 arrivées par semaine tout au long de cette année », a déclaré Joel Millman, le porte-parole de l’OIM lors d’un point de presse vendredi à Genève.

Selon, l’agence onusienne pour les migrations internationales, les arrivées dans la péninsule ibérique représentent presque la moitié de toutes les arrivées méditerranéennes répertoriées en Espagne, en Italie, en Grèce, à Chypre et à Malte.

Avec une arrivée moyenne quotidienne de 160 migrants et réfugiés au cours du mois de décembre, l’Espagne pourrait bien dépasser le seuil des 58.000 arrivées avant la fin de l’année et même représenter plus de 50% des arrivées dans la région en 2018.

Au cours des trois premières semaines de décembre, seulement 115 migrants et réfugiés ont débarqué en Italie par voie maritime en provenance d’Afrique du Nord. Selon l’OIM, cela montre que les arrivées notées ce mois-ci seront probablement les plus basses depuis 2013. Au total, le nombre d’arrivées en Italie en provenance d’Afrique du Nord cette année est de 23.126 à ce jour. A cette même période en 2017, l’Italie a enregistré 118.914 arrivées. Une période au cours de laquelle les migrants et réfugiés arrivaient à un rythme soutenu.

Au total, 113.145 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par mer en date du 19 décembre 2018. Cette année est la cinquième année consécutive au cours de laquelle l’arrivée de migrants et de réfugiés en Europe a atteint ou dépassé la barre des 100.000 personnes, bien que le total de cette année soit plus faible par rapport à la même période en 2017 (168.258) et en 2016 (359.160).

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Un rapport de l'ONU met en lumière les «horreurs inimaginables» des migrants et réfugiés en Libye et au-delà

Les migrants et les réfugiés sont soumis à des «horreurs inimaginables» dès leur arrivée en Libye, tout au long de leur séjour dans le pays et - s'ils parviennent à ce résultat - lors de leurs tentatives de traverser la Méditerranée, selon un rapport publié jeudi, par la mission politique des Nations Unies en Libye (MANUL) et le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies (HCDH).