A Zanzibar, l’ONU rend hommage aux 15 Casques bleus tanzaniens tués il y a un an en RDC

14 décembre 2018

Un an après le meurtre brutal de 15 Casques bleus tanzaniens en République démocratique du Congo (RDC), le chef du maintien de la paix de l’ONU s’est rendu vendredi, à Zanzibar, en Tanzanie pour honorer leur service et sacrifice auprès des familles des victimes.

La mort de ces 15 Casques bleus constitue la plus grande perte de soldats de la paix dans l'histoire récente de l’ONU.

Le 7 décembre 2017, des combattants présumés des Forces démocratiques alliées (ADF), une milice rebelle basée en Ouganda, ont tendu une embuscade à un contingent de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) sur leur base opérationnelle à Semuliki, dans la région de Beni au Nord-Kivu.

De longs échanges de tirs ont opposé les rebelles aux Casques bleus et aux Forces armées de RDC. Outre les 15 Casques bleus tanzaniens qui ont perdu la vie dans cette attaques, 44 autres ont été blessés.

La région du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, a été le théâtre de nombreux assauts contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies. Deux mois avant l’attaque meurtrière des rebelles en décembre 2017, deux autres Casques bleus avaient été tués au combat et 18 autres blessés lors d'une attaque contre leur base dans la même région.

Sur l'île de Zanzibar, d’où étaient originaires 13 de 15 Casques bleus tanzaniens, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a promis aux familles des soldats de la paix que le service et les sacrifices de leurs proche ne sera jamais oublié.

« Je sais qu’il est difficile de trouver des mots pour exprimer votre douleur. Mais laissez-moi vous assurer que comme vous n'oublierez jamais vos braves héros, nous ne les oublierons jamais non plus », a déclaré M. Lacroix aux familles des soldats morts pour la paix.

Le chef du maintien de la paix de l’ONU concluait une mission de deux jours en Tanzanie où il a également rencontré des membres des Forces de défense du peuple tanzanien.

Pour le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, les assassinats du 7 décembre étaient un révélateur des défis croissants auxquels sont confrontées les opérations de maintien de la paix des Nations Unies dans le monde. Dans une déclaration qui a immédiatement suivi l'attaque, il avait qualifié ces actes délibérés « d'inacceptables » et de « crimes de guerre ».

En 2017, plus de 110.000 soldats de la paix étaient été déployés dans 15 missions à travers le monde. Près de 19.000 membres du personnel des Nations Unies travaillent en RDC, ce qui en fait la deuxième mission de maintien de la paix en importance derrière la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud. Depuis sa création en juillet 2010, la MONUSCO a perdu 154 Casques bleus.

En réponse aux attaques régulières dans la région de Beni, la MONUSCO et les (FARDC ont planifié conjointement des opérations offensives, qui ont débuté le 13 novembre. Ensemble, elles sont parvenues à reprendre le contrôle de territoires importants des mains des rebelles.

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Dans l’est de la RDC, 1,5 million de personnes ont vu leurs foyers détruits ou endommagés (HCR)

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé sa vive préoccupation concernant le grand nombre de personnes laissées sans abri après les combats qui ont touché l’est de la République démocratique du Congo (RDC).