L'ONU rend hommage à Lyudmila Alekseeva, défenseure intrépide des droits des plus défavorisés

10 décembre 2018

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a rendu hommage lundi à la mémoire de la militante russe des droits de l'homme, Lyudmila  Mikhaylovna Alekseeva. Selon elle, le monde a perdu l'un des principaux défenseurs des droits de l'homme. Lyudmila Alekseeva est décédée à l'âge de 91 ans.

Lyudmila Alekseeva était l'une des fondatrices de l'organisation de défense des droits de l'homme Moscow Helsinki Group. En 2006, elle a remporté, avec l'organisation russe Memorial, le prix Sakharov dans le domaine de la liberté d'expression, attribué par le Parlement européen. Deux ans plus tôt, Memorial avait reçu le prix Nansen remis par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Si je peux sauver au moins une personne, c'est déjà une vraie joie - Lyudmila Alekseeva 

Michelle Bachelet a qualifié Lyudmila Alekseev de défenseure intrépide des personnes vulnérables en Russie et à l'étranger.

Elle a cité les paroles de l'ancienne combattante du mouvement des droits de l'homme :  « Si je peux sauver au moins une personne, c'est déjà une vraie joie ».

« Sa vie et son travail sont devenus une source d’inspiration pour des générations de défenseurs des droits humains dans le monde », a déclaré la Haut-Commissaire.

Lyudmila Alekseeva a travaillé pendant plusieurs années au sein de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies. La Commission a été transformée en 2014 en Conseil des droits de l’homme. Elle avait fait une dernière apparition au Conseil quelques jours avant sa mort.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Déclaration universelle des droits de l’homme a 70 ans

Aujourd’hui, plus que jamais, les droits de l’homme doivent être défendus, « clairement et collectivement », a dit le chef de l’ONU à l’occasion du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.