A Johannesburg, l’ONU appelle à la pleine participation des jeunes Africains au développement durable

30 novembre 2018

A l’occasion d’un sommet de la jeunesse africaine sur le développement à Johannesburg, en Afrique du Sud, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a appelé vendredi les jeunes à être des agents du changement et a promis le soutien des Nations Unies dans leurs efforts.

« Je compte sur vous pour être les agents du changement et les porteurs du flambeau dont nous avons désespérément besoin. La dignité que nous voulons pour nos jeunes femmes et jeunes hommes commence avec chacun d’entre nous », a dit Mme Mohammed dans un discours.

En septembre de cette année, le Secrétaire général de l’ONU a lancé la Stratégie des Nations Unies pour la jeunesse : Jeunesse 2030.

L’objectif est de comprendre les besoins des jeunes, de les aider à mettre leurs idées en pratique, et de s'assurer que leurs points de vue éclairent les processus, tant au niveau des pays qu'au siège de l'ONU.

Il y a actuellement 1,8 milliard de jeunes âgés de 10 à 24 ans dans le monde. L'Afrique est le continent le plus jeune, les jeunes représentant plus de 60% de la population totale.

« Mais les jeunes font face à de sérieux défis dans le monde d’aujourd’hui », a noté la Vice-Secrétaire générale de l’ONU. « Dans certains pays, les jeunes sont confrontés au conflit et au terrorisme. Dans d’autres, ils subissent les effets de l’exclusion économique et des inégalités croissantes, privés d’une éducation de qualité, de compétences et de services de santé ».

L’Afrique que nous voulons ne sera pas possible sans la pleine participation des jeunes Africains, en particulier de ceux qui se heurtent à des obstacles - y compris les jeunes femmes et les filles

« Les jeunes voient leur capacité à participer bloquée et leurs droits déniés. Ce qui est le plus dommageable peut-être, c’est que les jeunes assistent à la destruction par l’homme de notre environnement naturel », a-t-elle ajouté.

Mme Mohammed a rappelé que le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Agenda 2063 de l'Union africaine sont « les feuilles de route pour la transformation sociale et économique, autour desquelles nous pouvons nous unir, exiger et conduire le changement aux niveaux local et mondial ».

« L’Afrique que nous voulons ne sera pas possible sans la pleine participation des jeunes Africains, en particulier de ceux qui se heurtent à des obstacles - y compris les jeunes femmes et les filles », a ajouté Mme Mohammed. « Nous avons besoin de votre leadership, de votre participation et de votre engagement, partout dans le monde ».

Selon elle, la stratégie Jeunesse 2030 renforcera la capacité des Nations Unies d’aider les jeunes - leur participation à la société, leur capacité à obtenir un emploi, la réalisation de leurs droits et leur rôle d’agents de la paix dans des contextes fragiles.

Elle a noté que la stratégie met en exergue l'accès à l'éducation et aux services de santé, ainsi que l'action climatique, qui sont « les piliers fondamentaux pour les jeunes cherchant à progresser dans le monde ».