Caravane de migrants : l’OIM fournit une aide aux candidats au retour

30 novembre 2018

Depuis le début du mois de novembre, l’Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM) continue de faciliter le retour volontaire et en toute sécurité de centaines de Centraméricains faisant partie des caravanes de migrants se rendant aux États-Unis à travers le territoire mexicain.

« A la date de mercredi 28 novembre, 453 migrants de cette caravane, dont plus de 80% d’hommes, ont demandé et obtenu l’aide de l’OIM pour retourner dans leur pays d’origine ou de résidence », a déclaré le porte-parole de l’OIM lors d’un point de presse ce vendredi à Genève.

453 migrants de cette caravane, dont plus de 80% d’hommes, ont demandé et obtenu l’aide de l’OIM pour retourner dans leur pays d’origine. 

Selon Joel Millman, plus de la moitié de ces candidats au retour sont originaires du Honduras, le tiers d’El Salvador et le reste du Guatemala (5%). En outre, vingt-cinq enfants migrants non accompagnés sont rentrés par avion.

« Beaucoup de migrants que j’ai interviewés dans le cadre du processus de retour ont déclaré avoir appris l’organisation des caravanes via les médias sociaux et la télévision », a souligné une chargée de protection de l’OIM cité dans le communiqué de presse de l’Agence.

« Beaucoup d’entre eux ont dit avoir agi sur un coup de tête, sans penser aux risques et aux épuisantes journées de marche. Ils ont juste suivi un groupe d’amis ou de voisins et ont rejoint la caravane », a ajouté Maritza Matarrita.

 

UNIC Mexico/Antonio Nieto
Un groupe de filles de la caravane de migrants d'Amérique centrale au stade Jesús Martínez 'Palillo' situé à l'est de la ville de Mexico.

 

De son côté l’un des migrants candidat au retour a indiqué aux équipes de l’OIM que sa destination était les États-Unis.

« Je cherchais un emploi. Je travaille depuis l’âge de onze ans. Mais, au vu de l’évolution de la situation, j’ai changé d’avis. Je pense que c’est mieux pour moi de retourner au Salvador », fait remarquer Dennis Javier.

L’Agence onusienne coordonne la mise en place de moyens de transport sûrs et dignes. Des guichets d’information et d’inscription ont été ainsi ouverts à Tecún Umán (Guatemala), Tapachula, Mexico et Tijuana (Mexique). Plus de 300 migrants d’Amérique centrale ont manifesté leur intérêt pour le retour de Tijuana.

« Les migrants souhaitant rentrer sont conseillés et sélectionnés par l’OIM pour évaluer leurs options avant de prendre la décision de rentrer », précise M. Millman.
 

UNIC Mexico/Antonio Nieto
Des migrants de la caravane centraméricaine au stade Jesús Martínez 'Palillo' situé à l'est de la ville de Mexico (6 octobre 2018).

 

Depuis 1979, l’OIM indique avoir aidé 1,5 million de migrants à retourner dans leur pays d’origine ou de résidence par le biais de ses programmes de retour volontaire.

Selon Marcelo Pisani, Directeur régional de l’OIM pour l’Amérique centrale, l’Amérique du Nord et les Caraïbes, un programme de retour volontaire est un élément indispensable.

Surtout pour assurer un retour ordonné de migrants qui ne peuvent ou ne veulent pas rester dans les pays d’accueil et qui souhaitent retourner volontairement dans leur pays d’origine.