L'OMM signale une forte chance d’un épisode d’El Niño faible d’ici février 2019

27 novembre 2018

La probabilité qu’un épisode El Niño se développe d’ici à février 2019 est de 75 à 80 %, d’après le dernier bulletin publié mardi par l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Cet épisode ne devrait toutefois pas être de forte intensité.

L’OMM signale que les températures de surface de la mer correspondent déjà à un épisode El Niño de faible intensité dans certaines régions du Pacifique tropical, sans que l’on n’observe pour autant les conditions atmosphériques correspondantes.

En outre, les vents en altitude, la nébulosité et la pression au niveau de la mer ne sont pas encore caractéristiques d’un épisode El Niño.

« L’épisode El Niño prévu ne devrait pas être aussi puissant que celui de 2015-2016, qui a entraîné des sécheresses, des inondations et le blanchissement des coraux dans diverses régions du monde », a précisé le Directeur du Bureau de la prévision du climat et de l’adaptation aux changements climatiques à l’OMM, Maxx Dilley.

« Cela étant, il peut avoir des effets considérables sur les régimes de précipitations et les températures dans de nombreuses régions, ce qui aurait des conséquences non négligeables sur le secteur agricole et la sécurité alimentaire, ainsi que pour la gestion des ressources hydriques et la santé publique », a-t-il mis en garde.

Le phénomène El Niño/Oscillation australe (ENSO) exerce une grande influence sur les conditions météorologiques et climatiques dans de nombreuses régions du monde.

FAO/Tamiru Legesse
Des agriculteurs en Ethiopie: la Corne de l'Afrique est l'une des régions les plus durement touchées par El Niño.

 

D’après les prévisions du bulletin saisonnier de l’OMM sur le climat portant sur la période décembre 2018 à février 2019, avec cet épisode d'El Niño. certaines régions peuvent s'attendre à des précipitations inférieures à la normale, comme par exemple les Caraïbes et l'est de l'Afrique équatoriale.

En revanche, les précipitations devraient être supérieures à la normale par endroits, comme dans le sud de l’Amérique du Nord et en Europe.

Des précipitations proches de la normale sont prévues dans certaines régions intérieures du nord de l’Afrique tropicale.

« En outre, associé aux changements climatiques à long terme, cet épisode pourrait pousser encore plus les températures à la hausse en 2019 à l’échelle de la planète », a déclaré Maxx Dilley.

L’OMM souligne que les avancées en termes de compréhension et de modélisation d’ENSO, rendues possibles par de vastes programmes d’observation et des travaux de recherche coordonnés, ont permis d’améliorer les capacités opérationnelles de surveillance et de prévision et d’aider par conséquent la société à se préparer aux risques – fortes pluies, inondations, sécheresses – inhérents à ce phénomène.

Le bulletin Info-Niño/Niña de l’OMM peut être utilisé pour la prise de décisions à l’échelle nationale par les responsables de la gestion des catastrophes, pour la planification dans les secteurs d’activité sensibles aux conditions climatiques, et par les gouvernements.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Nouveaux records pour les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (OMM)

Les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont de nouveau atteint des niveaux record, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM). « Rien n’indique un renversement prochain de cette tendance, qui est pourtant le facteur déterminant du changement climatique », a dit jeudi cette agence de l’ONU à Genève.