L’ONU préoccupée par la montée des tensions dans la mer d’Azov entre la Russie et l’Ukraine

26 novembre 2018

Lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité ce lundi, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a fait part de la préoccupation de l’Organisation au sujet de la montée des tensions dans la mer d’Azov entre la Russie et l’Ukraine.

Mme DiCarlo a rappelé qu’elle avait insisté, lors de son dernier exposé au Conseil de sécurité, le mois dernier, sur la nécessité d’éviter toute « escalade, erreur de calcul et provocation » dans cette zone.

« Malheureusement, un incident sécuritaire majeur est survenu près de la Crimée, à proximité de la mer d'Azov, pas plus tard qu’hier », a-t-elle déploré, précisant que l’ONU n’était pas, à l’heure actuelle, en mesure de vérifier de manière indépendante les circonstances de l’événement.

Selon les informations dont nous disposons, a-t-elle poursuivi, le 25 novembre, un incident se serait produit près du détroit de Kertch entre un navire russe et trois navires ukrainiens, alors que ces derniers auraient tenté de pénétrer dans la mer d'Azov. Plusieurs marins ukrainiens auraient été blessés durant cet accrochage, a-t-elle précisé.

Mme DiCarlo a ajouté que, d’après les autorités ukrainiennes, Kiev aurait préalablement fait part à la Russie de son intention d’expédier les trois navires jusqu’au port ukrainien de Marioupol, dans la mer d’Azov, via le détroit de Kertch. A l’inverse, a-t-elle ajouté, Moscou affirme que l’Ukraine serait à l’origine de l’incident et que la Russie aurait agi dans le respect du droit international. 

Selon la presse, les bateaux ukrainiens et leurs personnels seraient actuellement retenus captifs par les autorités russes, a poursuivi Mme DiCarlo, précisant que le Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine avait depuis recommandé l’instauration de la loi martiale.

La mer d’Azov est revendiquée à la fois par l’Ukraine et la Russie

La Secrétaire générale adjointe a rappelé que la mer d’Azov est revendiquée à la fois par l’Ukraine et la Russie comme faisant partie de leurs eaux intérieures respectives, de sorte qu’en vertu d’un compromis historique, les navires des deux pays naviguent librement le long de cette voie maritime.

Cependant, Mme DiCarlo a noté la montée des tensions dans la mer d’Azov depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. En septembre 2016, l’Ukraine a entamé une procédure à l’encontre de la Russie dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Moscou estime cependant que la mer d’Azov et le détroit de Kertch ne relèvent pas de la compétence du tribunal arbitral de la Convention.

Mme DiCarlo s’est déclarée profondément préoccupée par cette montée des tensions. Elle a appelé les parties à s’abstenir de toute action susceptible d’aller à l’encontre des accords de Minsk. Elle a appuyé les efforts du Groupe Normandie, du Groupe de contact trilatéral et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour faire sortir les négociations diplomatiques de l’impasse actuelle.

Elle a également souligné le besoin de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, d’après les frontières du pays reconnues par la communauté internationale. « Malheureusement, l’incident d’hier risque de détériorer encore davantage la situation dans et autour de l’Ukraine », a regretté Mme DiCarlo, tout en appelant les deux parties à contenir cet incident afin d’éviter une nouvelle escalade.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Dans l’est de l’Ukraine, des températures en dessous de zéro et un financement humanitaire insuffisant (ONU)

Les Nations Unies ont appelé jeudi les bailleurs de fonds internationaux à augmenter d’urgence leur financement de l’aide destinée aux millions de personnes ayant besoin d'assistance dans l’est de l’Ukraine.