Le HCR rappelle le Protocole de 1967 après l’annonce d’une nouvelle règle en matière d’asile par les Etats-Unis

9 novembre 2018

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a souhaité vendredi que tous les pays, y compris les États-Unis, veillent à ce que toute personne ayant besoin d’une protection et d'une assistance humanitaire puisse les recevoir rapidement et sans entrave, conformément au Protocole de 1967 sur les réfugiés auquel les États-Unis sont partie.

« Parmi les personnes en mouvement en Amérique centrale et au Mexique aujourd'hui, beaucoup fuient des violences ou des persécutions mettant leur vie en danger et ont besoin d’une protection internationale », a déclaré le HCR dans un communiqué de presse.

L’agence onusienne s’est exprimée après que le gouvernement américain a annoncé vouloir interdire aux migrants n'étant pas entrés légalement sur son territoire de déposer une demande d'asile.

« Dans un monde idéal et prévisible, les demandeurs d'asile devraient se présenter à la frontière et demander une protection », a souligné le HCR, notant que la réalité est complexe et nécessite une gestion structurée avec « des procédures d'accueil dignes ».

« La capacité d'accueil depuis longtemps insuffisante aux points d'entrée officiels à la frontière sud des États-Unis entraîne des retards considérables dans le nord du Mexique et oblige de nombreux demandeurs d'asile vulnérables et désespérés à se tourner vers des passeurs pour franchir la frontière de manière irrégulière. De nombreuses familles de demandeurs d'asile qui font ce choix désespéré ne cherchent pas à échapper aux autorités frontalières », a ajouté l’agence onusienne.

Selon le HCR, la sécurité nationale et l'accueil digne des réfugiés et des demandeurs d'asile ne s'excluent pas mutuellement, mais se renforcent mutuellement.

L’agence onusienne s’est dite prête à apporter son soutien aux États-Unis et à tous les gouvernements et partenaires de la société civile qui s’emploient à garantir que toute personne fuyant une violence ou une persécution mettant en danger sa vie soit en mesure d’atteindre un endroit sûr et de faire examiner sa demande.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Caravane de migrants d'Amérique centrale : l'OIM suit la situation et soutient les retours volontaires

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué vendredi qu’elle continue de fournir un soutien et une assistance aux personnes qui ont rejoint les caravanes de migrants traversant l'Amérique centrale et ont choisi de demander l'asile au Mexique ou de retourner dans leur pays d'origine.