Qu'y a-t-il dans votre burger ? Réfléchissez-y

8 novembre 2018

Quand vous consommez un hamburger, vous ne pensez probablement pas à l’environnement.  Pourtant derrière ce plat le plus consommé sur la planète, se cache un impact environnemental non négligeable.

Des études montrent que si les vaches étaient une nation, elles seraient le troisième émetteur de gaz à effet de serre du monde. Pour les humains, la production de viande est l’un des moyens les plus destructeurs dont nous laissons notre empreinte sur la planète. Pour produire un hamburger de 150 grammes, plus de 1600 litres d’eau sont nécessaires.

Selon la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la demande en viande ne cesse d’augmenter et atteindra 76% de la consommation mondiale de viande d’ici 2050.

Pour James Lomax, responsable de la gestion du programme Systèmes alimentaires durables et agriculture à ONU Environnement, « la question environnementale dépend de la manière dont la viande est produite et consommée. Nous devons explorer des moyens de rétablir un équilibre écologique. Réduire la consommation de viande d'élevage intensif est bénéfique pour l'homme et pour la planète. Cela implique qu'il est préférable de manger un hamburger ou un bifteck élevé de manière durable ou alternative de temps en temps plutôt que de manger la même quantité produite de façon industrielle trois fois par semaine ».

Consommer moins de viande ou consommer de la viande produite de manière durable sont les facons les plus efficaces de réduire les impacts environnementaux. Remplacer la viande rouge par du poulet peut également être plus écologique.

Des hamburgers entièrement fait à partir de plantes

Impossible Foods et Beyond Meat, deux des lauréats du prix Champions de la Terre d'ONU Environnement 2018, ont entrepris des recherches pour décomposer les éléments de base de la viande en protéines, graisse, eau et oligo-éléments et créer un substitut tout à fait similaire à la viande de boeuf entièrement à partir de plantes, pour un coût environnemental bien inférieur.

Les deux entreprises (Beyond Meat et Impossible Foods) affirment que leurs hamburgers nécessitent entre 75 et 99% d’eau en moins, 93 à 95% de terres arables en moins et génèrent 87 à 90% d'émissions de gaz à effets de serre moins que les burgers ordinaires au bœuf.

Les recherches montrent également que les Américains mangent environ trois hamburgers par semaine. Si un de ces hamburgers au bœuf était remplacé par un hamburger au substitut de bœuf à base de plantes pendant un an, cela équivaudrait à supprimer les émissions de gaz à effet de serre de 12 millions de voitures pendant un an.

Ces calculs prennent en compte les matières premières primaires telles que les ingrédients, dont l'huile de noix de coco, l'extrait d'agrumes, la fécule de pomme de terre et l'eau, ainsi que le transport, l'éclairage et la distribution vers des entrepôts frigorifiques.