Michel Forst : la situation des défenseurs des droits de l’homme s’est dégradée

26 octobre 2018

Ces dernières années, la situation des défenseurs des droits de l’homme s’est dégradée partout dans le monde, s’est alarmé le Rapporteur spécial sur la situation de ces derniers, Michel Forst, qui s’est dit « plus que jamais préoccupé ».

Depuis plus de quatre ans et dans la continuité du travail amorcé par ses deux prédécesseurs, M. Forst n’a eu de cesse d’alerter sur les attaques grandissantes perpétrées contre les défenseurs des droits de l’homme. 

S’exprimant cette semaine devant la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies réunie à New York, Michel Forst a rappelé que 20 ans se sont écoulés depuis l’adoption par l’Assemblée générale de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme. Malgré le rôle positif de cette déclaration, il n’en demeure pas moins que plus de 3.500 défenseurs ont été assassinés et autant de familles ravagées. 

Le Rapporteur spécial a fait valoir que ce bilan ne tient-il pas compte des centaines de milliers d’autres personnes bafouées dans leur dignité, attaquées, calomniées ou encore emprisonnées injustement. 

Michel Forst s’est élevé contre les « initiatives sournoises visant à critiquer la légitimité des défenseurs, à multiplier les législations pour entraver l’action de la société civile et à remettre en question l’existence même de ce mandat ».

Même des États qui semblaient jusque-là épargnés, « sombrent progressivement dans les abîmes de l’autoritarisme », a-t-il dénoncé.

Si des avancées ont été réelles, elles n’ont pourtant pas été suffisantes pour enrayer un panorama aujourd’hui « alarmant » pour les militants des droits humains, a poursuivi M. Forst, expliquant ainsi le thème choisi pour son rapport, cette année, qui tente d’évaluer la mise en œuvre de la Déclaration sur la base d’une enquête mondiale couvrant 140 États.

Ce rapport doit être l’occasion de « nous interroger, vous interroger, vous les États membres » des Nations Unies sur ce que « nous n’avons pas réussi à faire ou à mieux faire » depuis 20 ans et à répondre à des questions dont on ne peut faire l’économie, a poursuivi le Rapporteur spécial.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Philippines : des experts de l'ONU demandent le retrait de noms de la ‘liste du terrorisme’ du gouvernement

Des experts des droits de l'homme des Nations Unies ont salué lundi une décision judiciaire aux Philippines déclarant que Victoria Tauli-Corpuz - la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones - ne fait pas partie des gens inscrits sur la liste de personnes appartenant à des ‘organisations terroristes’.