À Astana, les Etats réaffirment leur engagement à rendre les soins de santé primaires universels

25 octobre 2018

Lors d’une conférence à Astana, au Kazakhstan, coorganisée par l’OMS, l’UNICEF et le gouvernement kazakh, les États membres de l’ONU ont approuvé jeudi une déclaration dans laquelle ils s'engagent à renforcer leurs systèmes de soins de santé en vue de réaliser la couverture sanitaire universelle.

Quarante ans plus tard, de nouveau au Kazakhstan, les pays ont adopté, dans la capitale Astana, une déclaration réaffirmant les engagements pris à Almaty et appelant à renforcer leurs systèmes de soins de santé.

En 2018, au moins la moitié de l’humanité n’a toujours pas accès aux services de santé essentiels et est ainsi privée de soins pour les maladies non transmissibles et transmissibles, pour la santé de la mère et de l’enfant, pour la santé mentale et pour la santé en matière de sexualité et de procréation.

Dans la perspective de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), la Déclaration d'Astana prévoit des engagements dans quatre domaines clés : l’élaboration de politiques de santé audacieuses dans tous les secteurs ; la construction de soins de santé primaires durables ; l’autonomisation des individus et des communautés ; et l’alignement de l’appui aux politiques, stratégies et plans nationaux.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) aideront les gouvernements et la société civile à donner suite aux engagements de la Déclaration d'Astana.

Les deux agences onusiennes pour l’enfance et la santé aideront également les pays à examiner la mise en œuvre de cette Déclaration, en coopération avec d’autres partenaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.