Un expert de l'ONU demande une enquête internationale sur l’« assassinat manifeste » de Jamal Khashoggi

23 octobre 2018

Alors que les réactions ne cessent de se multiplier après la disparition et la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’expression, David Kaye, a une nouvelle fois demandé l'ouverture d'une enquête internationale. 

L’expert indépendant des Nations Unies sur la liberté d’opinion et d’expression s’est dit déçu que les États membres n’aient jusqu’à présent pas répondu aux demandes d’une enquête internationale indépendante sur l’« assassinat manifeste » de Jamal Khashoggi. «J'ai été très déçu de voir que cet appel n’a pas encore été pris en compte par les États », a déclaré l’expert.

« J’engage vivement tous les gouvernements à réagir non seulement dans le contexte du 2 novembre, pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes, mais également dans le contexte actuel où les journalistes sont attaqués », a-t-il ajouté.

J'ai été très déçu de voir que cet appel n’a pas encore été pris en compte par les États - David Kaye, Rapporteur spécial sur la liberté d’expression.

Dans un entretien accordé à ONU Info, David Kaye a exhorté tous les gouvernements à réagir, que ce soit par le biais du Conseil de sécurité, du Conseil des droits de l'homme ou en persuadant le Secrétaire général d’une telle enquête.

En ce qui concerne la forme de l'enquête, le Rapporteur spécial a suggéré la création d'un organe indépendant composé de cinq personnes au maximum, qui pourrait « évaluer les informations que les autorités turques ont secrètement communiquées à la presse au cours des dernières semaines ».

Cela, a déclaré M. Kaye, fournirait à la communauté internationale un rapport crédible sur ce qui s'est passé et, même s'il ne répond pas à toutes les questions, il pourrait identifier qui est responsable. La communauté internationale devrait alors décider quoi faire avec cette information.

Si une telle enquête n’a pas lieu, a-t-il ajouté, les faits seront constamment contestés.

L'entretien au Siège de l'ONU à New York a eu lieu une semaine avant la célébration, le 2 novembre, de la Journée internationale pour mettre fin à l'impunité des crimes contre les journalistes. A cette occasion, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) lancera une nouvelle campagne intitulée « La vérité ne meurt jamais » afin de sensibiliser sur les dangers auxquels sont confrontés les journalistes.

L’UNESCO rappelle que tous les quatre jours, un journaliste est tué quelque part dans le monde.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Confirmation de la mort de Khashoggi : l’ONU réclame une enquête approfondie et transparente

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit profondément préoccupé vendredi soir par la confirmation de la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.