Yémen : 8 millions de personnes au bord de la famine – ONU

16 octobre 2018

Le Yémen est actuellement confronté à la pire crise alimentaire dans le monde, selon le Programme alimentaire mondial (PAM). « Avec près de 18 millions de personnes qui ne savent pas comment obtenir leur prochain repas, alors que plus de 8 millions d’entre elles sont au bord de la famine », a ainsi déclaré le porte-parole du PAM lors d’un point de presse ce mardi à Genève.

Si la situation persiste, l’Agence onusienne s’attend à voir 3,5 millions de Yéménites supplémentaires en situation de grave insécurité alimentaire. Au total, il y aurait près de 12 millions de personnes en danger et qui pourraient être touchées par cette menace de famine, soit deux personnes sur cinq, en raison de l’escalade de la guerre et de l’aggravation de la crise économique.

« Ces Yéménites ont besoin d’une aide alimentaire régulière et urgente pour les empêcher de sombrer dans des conditions analogues à la famine », a mis en garde Hervé Verhoosel.

La situation est beaucoup plus préoccupante à Hodeïda en raison de l’intensification du conflit ces dernières semaines. Le PAM craint que des millions de personnes supplémentaires qui luttent actuellement pour joindre les deux bouts ne succombent de plus en plus souvent à la faim et à la maladie dans cette région. « Depuis juin, quelque 570.000 personnes ont dû fuir leurs combats à Hodeïda », a-t-il ajouté.

La situation est beaucoup plus préoccupante à Hodeïda, Hervé Verhoosel

Entre 2017 et 2018, le nombre de personnes très affamées dans le pays a augmenté de 25% et le PAM a donc été obligé d’accroître son aide alimentaire.

« Le peuple yéménite ne peut résister à aucun choc supplémentaire. Sans solution pacifique au conflit au Yémen, le PAM craint que le niveau de la faim dans le pays ne continue à augmenter », avertit Hervé Verhoosel.

Plus de 8 millions de personnes en « phase d’urgence »

Toutefois l’Agence onusienne précise qu’il n’existe actuellement aucune preuve statistique indiquant une famine au Yémen. Reste que selon le Cadre intégré de classification de la phase humanitaire et de la sécurité alimentaire, 8,4 millions de personnes se trouvent en « phase d’urgence ». Ce qui signifie que « la situation est si critique » et ces Yéménites pourraient tomber dans la famine s’ils ne continuaient pas à recevoir une aide alimentaire et nutritionnelle suffisante et durable.

Selon le PAM, de nombreux facteurs contribuent à ces niveaux élevés de faim et de malnutrition au Yémen.

« Même avant le début du conflit en mars 2015, le Yémen était l’un des pays du monde les plus touchés par l’insécurité alimentaire et le plus pauvre du Moyen-Orient », fait remarquer le porte-parole du PAM.

Face à cette situation humanitaire inquiétante, le PAM, de concert avec d’autres agences des Nations Unies, fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter la famine au Yémen et faire en sorte que les plus affamés reçoivent une aide alimentaire soutenue et vitale.De plus, le riyal yéménite a subi une dépréciation « alarmante » (180%) en trois ans. Le coût des produits alimentaires de base a augmenté de 35% au cours des 12 derniers mois, empêchant de nombreuses familles de se nourrir.

Dans ce dispositif, il s’agit de l’aide alimentaire et nutritionnelle d’urgence fournie à environ 8 millions de personnes parmi les plus affamées. De plus, l’agence onusienne basée à Rome adapte constamment ses opérations pour répondre « aux besoins changeants de la faim dans le pays ».

Des stocks alimentaires disponibles pour nourrir plus de 6 millions de personnes pendant deux mois et demi

« Par exemple, nous avons fourni des rations alimentaires immédiates en quantité suffisante pendant cinq jours à toutes les personnes fuyant le conflit dans le gouvernorat de Hodeïda », a souligné Herve Verhoosel. En septembre dernier aussi, le PAM a procédé à des opérations de distribution alimentaire d’urgence ponctuelle aux 225.000 habitants restants de la ville de Hodeïda.

Par ailleurs, le PAM rappelle que tous les ports et aéroports fonctionnent. L’Agence onusienne fait en sorte que l’assistance alimentaire d’urgence soit bien prépositionnée et que les stocks soient réacheminés au cas où les ports et routes seraient coupés.

 Le PAM rappelle que tous les ports et aéroports fonctionnent

En attendant, le PAM dispose actuellement de suffisamment de céréales dans le pays pour venir en aide à 6,4 millions de personnes parmi les plus affamées du pays pendant deux mois et demi.

« Nous avons plusieurs navires d’expédition de vivres en route vers le Yémen à destination de divers ports du pays et avons commencé à utiliser le port de Salaalah, à proximité d’Oman, comme voie supplémentaire », a déclaré Hervé Verhoosel.

Toutefois, en raison de la situation sécuritaire extrêmement volatile à Hodeïda, le PAM n’a pas accès à ses 51.000 tonnes de blé stockées dans une usine sur la Mer Rouge. Ces vivres suffisraient à nourrir pendant un mois près de 3,7 millions des personnes au nord et au centre du Yémen.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir l’accès à ces stocks de blé », a conclu le porte-parole du Programme alimentaire mondial de l’ONU.