Assainissement : Guterres cite en exemple les efforts de l’Inde

2 octobre 2018

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a cité mardi en exemple les efforts de l’Inde en matière d’assainissement pour encourager tous les pays du monde à doter l’ensemble de leur population d’installations sanitaires et de traitement des eaux usées dignes de ce nom.

M. Guterres s’exprimait lors d’un congrès international sur l’assainissement organisé en Inde à l’occasion des célébrations du 150ème anniversaire du Mahatma Gandhi, qui fut un grand avocat de l’hygiène pour tous et affirmait le droit de tous à des installations sanitaires décentes.

L’assainissement pour tous est l’un des 17 Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 adoptés en 2015 par la communauté internationale.

« Environ 2,3 milliards de personnes dans le monde ne disposent pas d’installations sanitaires de base et près d’un milliard d’entre elles pratiquent encore la défécation en plein air », a déploré le Secrétaire général.

Mais, a-t-il ajouté, « je crois que ce qu’il se passe actuellement en Inde va rapidement modifier ces statistiques », faisant allusion à un programme intitulé Clean India Mission et qui vise à améliorer dans une large mesure l’équipement de l’Inde dans ces domaines. Il s’agit, a-t-il dit, « non seulement du plus gros effort d’investissement mais aussi de la plus vaste campagne de mobilisation de la population dans ce domaine dans le monde ».

« Tout le monde a droit à de l’eau saine et à des installations sanitaires », a poursuivi M. Guterres. « Si nous voulons bâtir des sociétés résilientes sur une planète en bonne santé et parvenir aux Objectifs de développement durable en 2030, nous devons nous occuper d’urgence de cette question, comme le fait l’Inde ».

Il s’est félicité du fait que l’Inde « atteindra bien avant 2030 les cibles fixées » dans les ODD en matière d’assainissement et a salué les efforts de ce pays pour avoir fait « de l’élimination de la défécation en plein air une priorité ».

Le chef de l’ONU a également souligné que l’amélioration des conditions sanitaires était « non seulement la bonne chose à faire, mais était aussi sensée économiquement ». Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a-t-il expliqué, chaque dollar dépensé pour l’assainissement rapporte entre 5 et 16 dollars, générés par de moindres coûts de santé, un accroissement de la productivité du travail et une baisse des décès prématurés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Il faut accroître les investissements pour une couverture universelle des services d’assainissement (OMS)

Le monde n’atteindra pas d’ici 2030 l'objectif de la couverture universelle des services d’assainissement permettant à chaque personne dans le monde d’avoir accès à des toilettes sûres sans procéder à des changements politiques globaux et investissent davantage, a averti lundi l’OMS en lançant  ses premières directives mondiales sur l’assainissement et la santé.