Méditerranée : l’Espagne est la première porte d'entrée des réfugiés et migrants (OIM)

2 octobre 2018

L’Espagne reste cette année la première porte d’entrée des réfugiés et des migrants en Europe, via la Méditerranée. D’après l’OIM, l’Agence des Nations Unies chargée des migrations, 82.100 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer en date du 30 septembre 2018, dont 36.654 en Espagne, la principale destination cette année. 

« En réalité, avec les arrivées de cette semaine, l’Espagne a accueilli, en 2018, plus de « migrants irréguliers » qu’elle ne l’a fait pour toutes les années 2015, 2016 et 2017 combinées », précise l’OIM.

Au total, l’OIM estime que, selon les données communiquées par le Ministère de l’intérieur espagnol, le nombre total d’arrivées en Espagne est de 41.474, dont 36.654 sont enregistrées comme arrivées par voie maritime et au moins 4.820 par voie terrestre dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Par rapport à la même période de l’année dernière, les arrivées par mer ont augmenté de 196%

Sur le nombre total d’arrivées par mer, 36.015 ont été enregistrées sur la route Méditerranée occidentale (côte péninsulaire, îles Baléares et arrivées par mer à Ceuta et Melilla) et les 639 restantes ont été enregistrées sur la route d’Afrique de l’Ouest reliant le continent africain aux îles Canaries. C’est la période la plus chargée pour l’Espagne depuis que l’OIM a commencé à produire des statistiques sur les arrivées. 

Les arrivées en Italie au plus bas niveau depuis près de cinq ans

Recensant 45% de toutes les arrivées irrégulières cette année, l’Espagne continue donc de recevoir deux fois plus de migrants que la Grèce et sept fois plus que l’Italie.

« Les arrivées en Italie sont au niveau le plus bas enregistré par l’OIM à ce jour - la fin d’une période d’été généralement chargée - depuis près de cinq ans », a fait remarquer le porte-parole de l’OIM lors d’un point de presse ce mardi à Genève. Selon Joel Millman, les 21.024 arrivées de « migrants irréguliers » par la mer cette année représentent une baisse de près de 80% par rapport aux chiffres enregistrés l’an dernier à cette période.

De façon générale, cette tendance à la baisse notée depuis quelques mois a été également observée au mois de septembre, avec peine 964 arrivées. Selon l’OIM, c’est la première fois en plus de quatre ans que moins de 1.000 migrants ou réfugiés sont arrivés en Italie.

Presque aussi peu sont arrivés en février et mars de cette année, traditionnellement la période la plus lente de la saison. Pourtant, même au cours de ces mois d’hiver, au moins 1.000 arrivées ont été enregistrées. « Finalement la forte baisse amorcée il y a plus d’un an s’est poursuivie tout au long de cette année », a précisé le porte-parole de l’Agence onusienne pour les migrations.

A note que 1.741 migrants ont péri dans la Méditerranée en 2018, dont 363 au large des côtes espagnoles, selon l’OIM.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Grèce : le nombre d’enfants arrivés par voie maritime en hausse d’un tiers en un an (UNICEF)

Le nombre d’enfants réfugiés et migrants arrivés sur les îles grecques entre janvier et août 2018 a augmenté d’un tiers par rapport à la même période de l’année dernière, a indiqué vendredi l’UNICEF.