Le Myanmar remet en question la Mission d’enquête de l’ONU et nie toute compétence à la CPI sur Rakhine

29 septembre 2018

A la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Myanmar, a déclaré que la résolution de la question de l’Etat de Rakhine est une composante importante de sa démocratie.

Le gouvernement s’est constamment efforcé d’apporter la paix et le développement à Rakhine, en dépit des attaques d’un groupe terroriste, dénommé Arakan Rohingya Salvation Army – (ARSA)., a dit le Ministre de l’Union pour le bureau du Conseiller d’État du Myanmar, U Kyaw Tint Swe. Le gouvernement, a-t-il précisé, applique aujourd’hui 81 des 88 recommandations faites par la Commission consultative sur l’État rakhine, présidée par feu Kofi Annan. 

Le Ministre a marqué sa préoccupation vis-à-vis du rapport de la mission d’établissement des faits du Conseil des droits de l’homme sur le Myanmar, publié en août dernier. Selon lui, un tel rapport ne fait qu’attiser les tensions et entraver les efforts déployés par son gouvernement pour créer une cohésion sociale dans l’État de Rakhine. 

M. Tint Swe a de plus rejeté la décision de la Cour pénale internationale (CPI) en date du 6 septembre dernier relative à l’État de Rakhine. « Le Myanmar n’est pas partie au Statut de Rome, et la Cour n’est pas compétente à l’égard du Myanmar », a-t-il martelé. Il a ajouté que le gouvernement avait récemment créé une commission d’enquête indépendante sur les violations des droits de l’homme commises dans l’État Rakhine, présidée par l’ancienne Ministre adjointe des affaires étrangères des Philippines, Mme Rosario Manalo. 

Le Ministre a parlé des efforts entrepris pour faire passer le Myanmar d’un système autoritaire à un système démocratique.  « Notre gouvernement démocratiquement élu a donné la priorité à la réconciliation nationale et à la paix », a-t-il assuré. Il s’est dit convaincu que les luttes ethniques et les conflits armés au Myanmar ne peuvent être résolus qu’à travers des moyens politiques.  « La paix durable ne deviendra réalité qu’une fois établie l’Union démocratique fédérale à laquelle notre peuple aspire », a-t-il dit.

Jusqu’à présent, a expliqué M. Tint Swe, les trois sessions de la Conférence de paix pour l’Union ont permis d’adopter 51 principes fondamentaux, qui feront partie de l’accord de paix pour l’Union.  Pour garantir un processus inclusif, le Gouvernement du Myanmar poursuit les négociations non seulement avec les huit groupes armés qui ont signé l’Accord national de cessez-le-feu, mais aussi avec ceux qui ne s’y sont pas encore associés. 

Par ailleurs, le Myanmar a établi un plan de développement durable aligné sur le Programme 2030. Le gouvernement, a précisé le Ministre, est attaché à la promotion de l’état de droit, de la bonne gouvernance, des droits de l’homme et de la société civile.  

L’attention internationale centrée sur le flux des personnes déplacées a négligé les facteurs mêmes du déplacement, a ensuite regretté M. Tint Swe. Le gouvernement a néanmoins signé trois accords bilatéraux avec le Bangladesh relatifs au retour des personnes déplacées de l’État Rakhine, a rappelé le Ministre qui a appelé Dhaka à respecter ses engagements à cet égard.

M. Tint Swe a également rappelé que le Myanmar a signé un mémorandum d’accord avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) pour faciliter leur réinstallation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Myanmar : le Conseil des droits de l’homme veut réunir des preuves de crimes contre les Rohingyas

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a décidé, jeudi à Genève, de créer un mécanisme chargé de recueillir les preuves des crimes internationaux les plus graves commis au Myanmar depuis 2011.