Face à la menace terroriste, le Tchad plaide pour un financement pérenne de la Force du G5 Sahel

29 septembre 2018

A la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, le chef de la diplomatie tchadienne a plaidé vendredi pour un soutien durable à la Force constituée par les pays du G5 Sahel (Burkina-Faso Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

Le Ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine, de la coopération internationale et de la diaspora du Tchad, Mahamat Zene Cherif, a rappelé que, plus que partout ailleurs, l’Afrique en général, et les pays du Sahel en particulier, éprouvent les effets pervers conjugués de tous les fléaux qui frappent le monde par ailleurs.

« Le Tchad est entouré de foyers de conflits et des crises, dans une région caractérisée par l’expansion du terrorisme, les trafics illicites en tous genres, y compris la traite des êtres humains liée à l’immigration clandestine, la criminalité transnationale organisée, la sècheresse et l’avancée du désert », a-t-il expliqué. 

Partant de la ferme conviction qu’il ne peut y avoir de développement, ni de paix et de stabilité sans la sécurité, le Tchad, malgré ses maigres ressources, s’est vu contraint de s’engager sur plusieurs fronts dans la lutte contre le terrorisme dans le bassin du lac Tchad et au Sahel contre les groupes terroristes alliés à de vastes réseaux criminels, a-t-il dit.

« Certes, l’engagement collectif et la détermination des États membres de la Commission du bassin du lac Tchad dans le cadre de la Force multinationale mixte ont permis de défaire militairement Boko Haram, même s’il conserve des capacités de nuisance certaines », a reconnu le ministre tchadien,

Les pays membres du G 5 Sahel en font autant face aux autres organisations terroristes actives dans cette zone avec leur base arrière dans le sud libyen. 

M. Cherif a saisi l’occasion pour réitérer avec insistance l’appel lancé le 6 février dernier à Niamey, au Niger, par les chefs d’État des cinq pays membres du G 5 Sahel au Conseil de sécurité pour placer la force conjointe du G 5 Sahel sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, afin de lui assurer un financement pérenne et un mandat à la hauteur de la portée de la menace combattue. 

N’Djamena engagé sur les questions de développement malgré les défis sécuritaires

Malgré ses multiples défis sécuritaires, environnementaux et socioéconomiques, le Tchad a initié, dès 2015, l’élaboration de deux documents sur son développement à moyen et long termes, la « vision 2030 : le Tchad que nous voulons », avec son premier plan quinquennal, le Plan national de développement 2017-2021. 

Le Ministre a également cité le Plan national de développement, présenté à la Table ronde de Paris en septembre 2017, et pour lequel les annonces de contributions faites à cette occasion doivent être concrétisées, a souligné le chef de la diplomatie tchadienne. 

En ce qui concerne la situation des femmes, le Président du Tchad a institué, par une loi votée le 22 mai 2018, un quota obligatoire de 30% réservé aux femmes dans toutes les fonctions nominatives et électives, avec pour objectif d’atteindre la parité. 

Enfin, alors que 45 millions de personnes subissent de plein fouet les conséquences de l’assèchement du bassin du lac Tchad, la communauté internationale doit, a estimé M. Cherif, se mobiliser en faveur de son sauvetage, en appuyant l’initiative conjointe de l’UNESCO et de la Commission du bassin du lac Tchad visant à en faire une réserve de biosphère et un Site de patrimoine mondial.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU, l’UA et l’UE réaffirment leur engagement envers le multilatéralisme et la stabilité de l’Afrique

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, le Président de la Commission de l‘Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, et le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ont réaffirmé dimanche leur engagement à promouvoir un « système multilatéral efficace ».