Spotlight : 50 millions d’euros pour empêcher le fémicide, la violence mortelle contre les femmes

27 septembre 2018

Aucune femme ne devrait mourir « parce qu’elle est une femme », a déclaré jeudi la Vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, lors du lancement d’un nouveau volet d'action de l’initiative Spotlight contre contre le fémicide, la violence à l’encontre des femmes.

« Lorsqu'une femme ou une fille est tuée à cause de son genre, cela reflète les normes et les attitudes sociales fondées sur les inégalités et les déséquilibres de pouvoir entre les femmes et les hommes », a expliqué Amina Mohammed.

Le fémicide  fait 12 victimes par jour en Amérique latine. 98% des auteurs de meurtres liés au genre ne sont pas jugés.

« Ce matin, nous lançons l’Initiative Spotlight en Argentine, au Salvador, au Guatemala, au Honduras et au Mexique. Ces cinq pays ont fait preuve de courage politique pour affronter et mettre fin au fémicide, un crime qui fait 12 victimes par jour en Amérique latine », a dit la numéro deux de l’ONU.

L'Amérique latine abrite 14 des 25 pays affichant les taux de fémicides les plus élevés au monde, a signalé Mme Mohammed, ajoutant que 98% des auteurs de meurtres liés au genre ne sont ne sont pas jugés.

« Grâce à l'Initiative Spotlight, ces cinq pays montreront au monde entier que la volonté politique, les investissements et les efforts coordonnés peuvent mener à un changement transformateur des attitudes et des comportements et mettre un terme à la culture de la violence », a affirmé la Vice-Secrétaire générale.

Aborder le fémicide de manière exhaustive sous chacun de ces angles est essentiel à des résultats fructueux et durables, a ajouté la haute responsable onusienne, soulignant l'importance d'investir dans la prévention et d'évaluer les résultats.

« Nous devons mettre un terme à l’impunité pour les auteurs et veiller à ce qu’aucune femme ou fille ne soit victime de violence, que ce soit chez un partenaire ou dans un espace public, y compris des gangs, des trafiquants ou autres », a exhorté Mme Mohammed.

L’initiative Spotlight a été lancée il y a un an conjointement par les Nations Unies et l’Union européenne (UE), et s’appuie sur des partenariats solides entre l’UE, les gouvernements, les organisations de la société civile et l’ONU au niveau national.

Selon Amina J. Mohammed, l'initiative Spotlight est audacieuse, complète, et s’inscrit dans l’engagement commun à éliminer toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles d'ici à 2030 et à placer l'égalité des sexes au centre de nos efforts pour atteindre les Objectifs de développement durable.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Soudan du Sud, les meurtres, actes de torture et violences sexuelles continuent (ONU)

Devant le Conseil des droits de l’homme à Genève, la Commission des Nations Unies sur les droits de l’homme au Soudan du Sud a dressé lundi un constat accablant des violations qui se poursuivent dans ce pays d’Afrique de l’Est.