Yémen : Kate Gilmore met en garde contre les graves conséquences d’une poursuite de l’offensive militaire à Hodeïda

26 septembre 2018

La Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l’homme a mis en garde le Conseil des droits de l’homme sur les conséquences d’une poursuite de l’offensive de la Coalition saoudienne sur Hodeïda au Yémen.

« L’offensive en cours contre le port et la ville de Hodeïda risque d’accroître les souffrances de millions de personnes compte tenu des importantes perturbations que cela créera pour l’assistance humanitaire », a déclaré Kate Gilmore, lors de la présentation ce mercredi à Genève, du premier rapport du Groupe d’experts régionaux et internationaux sur le Yémen.

La Cheffe adjointe des droits de l’homme a ainsi attiré l’attention du Conseil sur le fait que la poursuite de cet assaut risquerait de faire de nouvelles victimes civiles.

La Haut-Commissaire adjointe a ensuite décrit les aspects ayant aggravé les souffrances de la population yéménite, en particulier l’intensification des blocus et des restrictions aux importations et à l’assistance humanitaire.

Dans ces conditions, plus de 22 millions de personnes ont besoin d’aide au Yémen, dont 8,4 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire grave. « Une génération entière d’enfants n’a pas accès à l’éducation.

L’inflation et perte de la valeur de la devise yéménite ont aussi conduit à une hausse des prix des denrées alimentaires de base, faisant basculer 3,5 millions d’autres personnes dans une insécurité alimentaire », a-t-elle ajouté.

Faible lueur d’espoir, selon Kate Gilmore, le Coordinateur humanitaire de l’ONU au Yémen et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’emploient actuellement à ouvrir un couloir aérien pour traiter les civils dont l’état de santé ne peut être soigné à l’intérieur du pays.

Mme Gilmore a exhorté toutes les parties à favoriser le succès de cette initiative.

© UNICEF
Hodeïda, Yémen, juin 2018 : une femme et ses enfants attendent une distribution de produits humanitaires d'urgence soutenus par l'UNICEF

 

Au début de son intervention, la Haut-Commissaire adjointe avait insisté sur la poursuite des souffrances tragiques de la population et des violations des droits de l’homme.

« Les principaux aspects de ces circonstances horribles - auxquelles la population du Yémen est soumise, une des plus jeune du monde – sont décrites dans le rapport qui contient également les conclusions du Groupe d’éminents experts mis en place par le Conseil », a-t-elle fait remarquer.

« Et les conclusions sont sans appel : les individus au sein du Gouvernement, les membres de la coalition, notamment l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, et des autorités de facto, ont effectivement commis des actes qu’il conviendrait de soumettre à un tribunal compétent et qui pourraient constituer des crimes internationaux ». 

Elle a rappelé que le Groupe d’experts a identifié plusieurs individus susceptibles d’être responsables de tels crimes, dont la liste confidentielle est disponible auprès du Haut-Commissariat. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : l’ONU s’efforce de mobiliser davantage de soutien à la réponse humanitaire

Alors que la crise humanitaire au Yémen atteint des niveaux sans précédent avec les trois-quarts de la population ayant besoin d’une forme d’assistance, l’ONU a organisé lundi à New York une réunion pour mobiliser davantage de soutien à la réponse humanitaire.