Le Président de la RDC réaffirme son engagement à tenir des élections cette année

25 septembre 2018

Le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a affirmé mardi « le caractère irréversible de la tenue des élections prévues à la fin de cette année » dans son pays et a réitéré son souhait d’en voir partir la mission de maintien de la paix de l’ONU.

S’exprimant devant l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, M. Kabila a ajouté que tout serait mis en œuvre pour « garantir le caractère apaisé et crédible des scrutins, gage de la consolidation de la stabilité politique et économique dont la RDC a tant besoin pour son émergence ».

Abordant le thème de la réforme de l’ONU, le président congolais a estimé qu’il ne sera pas possible d’en faire « une organisation pour tous » si « l’ingérence caractérisée de certains gouvernements dans les affaires relevant (…) de la politique intérieure des Etats (…) est dangereusement tolérée, sinon banalisée ».

C’est ce explique, a-t-il dit, la position de la RDC consistant à « s’opposer à toute ingérence dans le processus électoral en cours ».

M. Kabila a par ailleurs souhaité une nouvelle fois le départ de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO).

« Vingt ans après le déploiement des forces onusiennes dans mon pays et en raison de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel, mon gouvernement réitère son exigence du début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : les violations des droits de l'homme ont fortement augmenté au mois d’août (ONU)

A quelques mois des élections présidentielles prévues le 23 décembre 2018, la République démocratique du Congo (RDC)  a connu une augmentation importante des violations des droits de l’homme, a indiqué à Kinshasa le Directeur du Bureau conjoint des Nations unies et représentant du Haut-commissaire des droits de l’homme (BCNUDH ), Abdoul Aziz Thioye.