Le Yémen est dans une course contre la montre pour éviter la famine, avertit le PAM

19 septembre 2018

Alors que le conflit continue de faire rage au Yémen, entraînant une inflation galopante et une flambée des prix alimentaires, le Programme alimentaire mondial (PAM) a tiré la sonnette d'alarme mercredi quant au sort des 18 millions de Yéménites qui ne savent pas d’où viendra leur prochain repas.

« Seule une cessation immédiate des hostilités donnera à la communauté humanitaire l'accès durable dont elle a besoin pour fournir la nourriture et toute autre assistance vitale nécessaire pour sauver des vies au Yémen », a affirmé dans une déclaration mercredi le Directeur exécutif du PAM, David Beasley.  

« Ma principale préoccupation concerne les enfants, les femmes et les hommes innocents du Yémen et j'exhorte toutes les parties à mettre fin aux combats et à soutenir les efforts visant à instaurer la paix », a précisé le chef du PAM.  

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Yémen est confronté à l'une des crises humanitaires les plus profondes, avec 22,2 millions de personnes qui ont besoin d'une assistance vitale, y compris de la nourriture, de l'eau salubre, d'un soutien nutritionnel et de soins médicaux de base.

L’économie du pays s’est effondrée depuis que le conflit entre les forces gouvernementales et leurs alliés, pour étouffer les rebelles houthis, s’est intensifié en 2015.

Un garçon souffrant de malnutrition sévère à l'hôpital Al-Thawra, Hodeidah, au Yémen (archives). Photo UNICEF/Abdoo Al-Karim
Un garçon souffrant de malnutrition sévère à l'hôpital Al-Thawra, Hodeidah, au Yémen (archives). Photo UNICEF/Abdoo Al-Karim

Une inflation galopante

Le riyal yéménite a subi une dépréciation de 180% en trois ans.

Le coût des produits alimentaires de base a augmenté de 35% au cours des 12 derniers mois, empêchant de nombreuses familles de se nourrir, alors que le Yémen est déjà confronté à la plus grande crise de la faim dans le monde avec près des deux tiers de la population, qui ne sait pas de quoi sera fait son prochain repas.

Chaque mois, entre 6 et 7 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire du PAM au cours de l'année passée, ce qui, selon David Beasley a empêché le pays de sombrer dans une famine généralisée.

Le Directeur exécutif du PAM a toutefois averti qu’avec les obstacles et risques croissants « nous atteignons maintenant la limite ».

Bien que l’agence ait l’intention d’augmenter ses capacités pour atteindre 8 millions de personnes par mois, le chef du PAM craint que « si le conflit continue à s’intensifier et que la situation économique se détériore » le nombre de Yéménites en insécurité alimentaire sévère n’atteigne les 12 millions.    

« Avec un accès limité, une insécurité croissante et de nouveaux dommages aux infrastructures du pays », il serait « extrêmement difficile » pour le PAM de venir en aide à ce nombre de personnes, a souligné M. Beasley.

Arrêter de prendre pour cible des humanitaires

Le Directeur exécutif du PAM a fait état d’une série d'attaques, « involontaires ou non », sur les travailleurs, camions, entrepôts et silos du PAM qui contiennent des céréales. Il a rappelé que ces installations sont « neutres » et a affirmé que viser des travailleurs humanitaires ou des ressources et infrastructures humanitaires « ne devrait pas avoir sa place au Yémen ou ailleurs dans le monde ».

M. Beasley a également souligné le fait qu'avec les multiples urgences humanitaires majeures à travers le monde, le choc financier de la crise au Yémen devient « un défi majeur pour la communauté internationale  ».

Il a appelé à de nouveaux points d'entrée pour les importations alimentaires humanitaires et commerciales dans le pays. « Le temps est compté pour les agences humanitaires au Yémen afin d'empêcher ce pays de sombrer dans une famine dévastatrice », a averti David Beasley.

« J’exhorte toutes les parties au conflit à s'acquitter de leurs obligations de protéger les civils et les infrastructures civiles et à prendre des mesures actives pour respecter le droit international humanitaire en mettant fin au conflit et en apportant la paix dont le Yémen a désespérément besoin », a conclu le chef du PAM.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.