RCA : l’ONU déplore des violences contre des personnes déplacées à Bria

7 septembre 2018

La Mission de maintien de la paix des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a fermement condamné vendredi l'enlèvement et le meurtre de personnes déplacées à Bria, dans la préfecture de Haute-Kotto, par des membres présumés du Front populaire pour la renaissance de la démocratie (FPRC).

« Des civils ont quitté le camp de déplacés de PK3 jeudi pour aller aux champs et ont été capturés à ce moment-là par des éléments armés des FPRC », a expliqué le porte-parole de la Mission, Vladimir Monterio, lors d’une interview à ONU Info, ajoutant qu’une dizaine de corps avaient étés retrouvés par les Casques Bleus.

La MINUSCA a immédiatement pris des dispositions et lancer un enquête.

La rafle s’est produite loin du regard et de la présence des Casques Bleus.

La population du camp PK3 a toutefois réagit violemment vendredi devant le quartier général de la MINUSCA à Bria, lançant des grenades et revendiquant une protection accrue.

« Nous avons expliqué le contexte dans lequel cela s’est produit, la rafle s’est produite loin du regard et de la présence des Casques Bleus.  C’est parce qu’on est présent justement qu’il n’y a pas d’exactions plus importantes », a dit M. Monteiro.

« Nous condamnons cette violence et nous nous sentons proches ce soir de toutes ces familles, mais c’est cette présence de la MINUSCA qui permet de protéger les civils », a ajouté le porte-parole.

La Mission a renforcé la sécurité autour du camp  PK3 pour protéger davantage la population.

La MINUSCA exhorte tous les groupes armés à mettre un terme à la violence contre les civils et à mettre un terme aux tensions actuelles à Bria, et réitère que les auteurs de ces attaques contre des civils doivent être arrêtés et traduits en justice.

Pour sa part la Coordinatrice humanitaire des Nations Unies pour la RCA, Najat Rochdi, a dit être « profondément alarmée » vendredi par la hausse de tensions dans cette ville diamantaire dans le centre est du pays.

« Quelques jours après la célébration de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, nous assistons à une autre tragédie contre des civils innocents », a déploré la responsable humanitaire.

Najat Rochdi a lancé un appel à toutes les parties concernées pour qu’elles respectent leurs obligations conformément au droit international humanitaire et protège les civils. « Les civils ne sont pas une cible et ces actes ignobles doivent cesser », a dit la Coordonnatrice humanitaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.