Le Conseil de sécurité encourage les Yéménites à faire des progrès lors de consultations de paix à Genève

5 septembre 2018

A la veille de consultations de paix à Genève entre Yéménites, le Conseil de sécurité a exprimé mercredi son plein appui aux efforts déployés par l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour parvenir à un règlement politique au Yémen ravagé par la guerre.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé qu’il ne pouvait y avoir qu’une solution politique au conflit au Yémen. Ils ont réitéré leur appel à la pleine application des résolutions et déclarations du Conseil de sécurité, y compris la résolution 2216 (2015).

À cet égard, ils se sont félicités des consultations menées par l'ONU à Genève à partir de jeudi 6 septembre avec des représentants des parties yéménites au conflit, le gouvernement et l’opposition houthie. « Ces consultations initiales constitueront une étape nécessaire et importante vers la mise en œuvre d’accords politique et de sécurité complets et inclusifs, nécessaires pour résoudre le conflit, améliorer la situation humanitaire et apporter la paix, la prospérité et la sécurité à tous les Yéménites », ont dit les membres du Conseil.

Ils ont exhorté les parties yéménites à saisir cette occasion pour désamorcer les tensions et participer pleinement, de manière constructive et de bonne foi, à ces consultations « afin de renforcer la confiance entre elles et de faire un premier pas vers la fin d’un conflit qui a causé de graves souffrances au peuple yéménite ». Ils ont appelé la communauté internationale, y compris les pays voisins, à soutenir activement ces consultations.

La Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Henrietta Fore, a exhorté de son côté les parties au conflit « à mettre la protection des enfants au centre des discussions ».

Photo: ONU/Manuel Elias
Martin Griffiths, Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, lors d'une réunion du Conseil de sécurité (archives).

Première rencontre entre belligérants depuis deux ans

Pour sa part, l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Martin Griffiths, a noté mercredi lors d’un point de presse à Genève que c’était la première fois en deux ans que les belligérants se rencontraient pour discuter d’une issue pacifique au conflit.

Les combats au Yémen se sont intensifiés en mars 2015, quand une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue militairement à la demande du Président du Yémen contre les forces de l’opposition. Depuis lors, des milliers de civils sont morts et environ huit millions sont au bord de la famine, selon les agences humanitaires des Nations Unies.

Bien que réticent à partager les détails de l’ordre du jour des consultations de Genève sur le Yémen, l’Envoyé spécial a expliqué que le but de ces réunions était de « préparer le terrain » pour que des négociations formelles puissent avoir lieu à une date ultérieure. Il a ajouté que l’accent initial devrait être mis sur le renforcement de la confiance entre les parties.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : toutes les parties au conflit seraient coupables de crimes de guerre (experts de l'ONU)

Les parties des deux côtés du conflit au Yémen ont perpétré - et continuent de perpétrer - des crimes de guerre et d’autres violations avec un « mépris total» pour les souffrances de millions de civils, ont déclaré mardi des enquêteurs des Nations Unies.