Un adulte sur quatre dans le monde est inactif, selon l'OMS

5 septembre 2018

De nouvelles données de l'OMS publiées dans la revue scientifique The Lancet Global Health montrent aujourd'hui que plus d'un adulte sur quatre dans le monde (28% ou 1,4 milliard de personnes) est physiquement inactif. Cependant, cela peut aller jusqu'à un adulte sur trois inactif dans certains pays.

Le document, rédigé par quatre experts de l’Organisation mondiale de la santé, présente des données actualisant les estimations de 2008 sur les niveaux d’activité et présente pour la première fois des analyses de tendances montrant que le taux d’inactivité des adultes reste globalement inchangé depuis 2001.

Les femmes étaient moins actives que les hommes, avec une différence de plus de 8% au niveau mondial (32% d'hommes contre 23% de femmes). Les pays à revenu élevé sont plus inactifs (37%) que dans les pays à revenu intermédiaire (26%) et à faible revenu (16%).

« Ces données montrent la nécessité pour tous les pays d’accroître la priorité donnée aux actions nationales et infranationales afin de créer des environnements propices à l’activité physique et d’accroître les possibilités pour les personnes de tous âges et de toutes capacités d’être actives tous les jours », estime l'OMS dans un communiqué de presse.

Le nouveau Plan d'action mondial sur l'activité physique fixe l'objectif de réduire l'inactivité physique de 10% d'ici 2025 et de 15% d'ici 2030.

L'inactivité physique régulière augmente le risque de mauvaise santé des personnes, y compris les maladies cardiovasculaires, plusieurs types de cancer et de diabète, les chutes, ainsi que les problèmes de santé mentale. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Santé en Afrique : les acquis menacés par la mauvaise qualité des prestations (OMS)

Les Africains vivent plus longtemps et en meilleure santé mais les pays du continent doivent améliorer la qualité des prestations de services de santé essentiels, souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS).