Des experts de l'ONU demandent la libération immédiate du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov

15 août 2018

Des experts de l'ONU ont appelé mercredi les autorités russes à libérer immédiatement et sans condition le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, se déclarant profondément préoccupés par son intégrité physique et mentale.

Oleg Sentsov, critique virulent de l'occupation russe de la Crimée, a été arrêté par les autorités russes en mai 2014 et condamné à 20 ans d'emprisonnement dans une prison russe, en tant que citoyen russe, pour terrorisme. Il y a trois mois, il a entamé une grève de la faim pour protester contre ce qu’il considère comme l'incarcération à motivation politique de 64 Ukrainiens dans des prisons russes.

Dans une déclaration à la presse, les experts ont appelé les autorités russes à veiller à ce que M. Sentsov bénéficie immédiatement d'un traitement médical approprié, sur la base de son consentement complet et éclairé.

« La vie de Sentsov est en danger imminent. Sa grève de la faim fait suite à un procès et à une condamnation non conforme au droit international. Nous exhortons les autorités russes à le libérer sans condition de toute urgence », ont indiqué les experts, qui sont en contact avec les autorités russes à propos de cette affaire.

Ces experts sont : David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression ; Dainius Pūras, Rapporteur spécial sur le droit à la santé physique et mentale ; Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme ; et Agnès Callamard, Rapporteure spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : des experts de l’ONU réclament des mesures pour mettre fin à la persécution systématique des Roms

L'Ukraine doit prendre des mesures immédiates pour mettre un terme à la « persécution systématique » des Roms, qui ont été la cible d'une série d'attaques violentes, ont déclaré mercredi un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations unies.