La nouvelle architecture de développement, de paix et de sécurité de l’ONU opérationnelle en 2019

14 août 2018

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, souligne dans un rapport publié mardi, que le renforcement de l’ONU passe par la restructuration de son système pour le développement et de ses activités de paix et de sécurité dont la nouvelle configuration démarrera le 1er janvier 2019.

« Pendant l’année écoulée, je me suis efforcé de réformer l’Organisation, afin qu’elle soit plus efficace et plus souple, qu’elle privilégie davantage l’action sur le terrain et qu’elle puisse mieux servir les États membres et leurs populations », dit le Secrétaire général dans ce rapport sur les activités de l’Organisation soulignant que « jamais auparavant l’ONU ne s’était lancée dans une réforme de cette envergure ».

Le 31 mai dernier, l’Assemblée générale de l’ONU a donné son feu vert pour œuvrer au repositionnement du système des Nations Unies pour le développement et permettre à celui-ci d’appuyer le Programme 2030 sur le développement durable.

« La résolution adoptée ce jour-là offre au système le moyen d’être davantage que la somme de ses parties et de mener à bonne fin ce chantier », indique M. Guterres. Le Secrétaire général précise que le système s’est préparé à la transition dès l’approbation de l’Assemblée générale et devrait commencer à fonctionner dans sa nouvelle configuration d’ici la fin de l’année. 

Une nouvelle génération d’équipes de pays des Nations Unies

Le Secrétaire général rappelle que l’année 2019 verra la mise en place progressive d’une nouvelle génération d’équipes de pays des Nations Unies, « mieux adaptées aux réalités des pays, plus attentives aux priorités nationales et dont les compétences auront été renforcées ».

« Nous mettrons également en œuvre les mesures visant à redynamiser le réseau des coordonnateurs résidents, qui s’emploiera à coordonner les activités de développement des Nations Unies au niveau des pays et aura à répondre des résultats d’ensemble du système », dit le chef de l’ONU. « Nous continuerons de tout faire pour favoriser la mise en commun des locaux et des services entre entités, de façon à économiser des ressources qui pourront être réaffectées à des programmes de développement ».

Ces réformes, dont la réussite s’appréciera avant tout sur le terrain, sont indispensables à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), souligne M. Guterres.

« Le Groupe des Nations Unies pour le développement, dont le rôle a été redéfini, et le Comité directeur mixte chargé de promouvoir la collaboration entre les secteurs de l’humanitaire et du développement sont déjà à pied d’œuvre et apporteront, à l’échelon qui convient, des solutions aux difficultés que rencontrent les pays et les équipes de pays des Nations Unies », dit le Secrétaire général.

Le chef de l’ONU compte sur les États membres pour continuer d’appuyer ces efforts de réforme, notamment en fournissant au réseau des coordonnateurs résidents et au système dans son ensemble les ressources dont ils ont besoin, « car c’est une responsabilité collective que d’assurer le repositionnement du système des Nations Unies pour le développement ».

Les affaires politiques et le maintien de la paix en fonctionnement intégré

S'agissant de la réforme du pilier ‘Paix et sécurité’ entreprise, António Guterres a pour objectif de rendre l’action du Siège de l’ONU plus cohérente, plus souple et plus efficace grâce à une approche holistique qui privilégie la prévention des conflits et la pérennisation de la paix.

« Pour remédier à la fragmentation des activités, il est prévu de passer d’un fonctionnement en départements séparés à un modèle intégré reposant sur la collaboration étroite de deux départements : le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix et le Département des opérations de paix », dit le Secrétaire général. Cette restructuration, approuvée le 5 juillet 2018 par l’Assemblée générale, sera mise en œuvre à compter du 1er janvier 2019. 

Une structure politique et opérationnelle régionale unique, commune aux deux Départements, sera chargée de la gestion de toutes les activités politiques et opérationnelles ayant trait à la paix et à la sécurité. Au sein du Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix, le Bureau d’appui à la consolidation de la paix, dont les moyens seront renforcés, rattachera le pilier aux efforts déployés et aux outils disponibles à l’échelle du système pour faire face à toutes les formes de conflits, de façon à favoriser une approche plus globale de la consolidation et de la pérennisation de la paix.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité demande à renforcer la prévention des conflits et la médiation en Afrique de l’Ouest

Le Conseil de sécurité a demandé vendredi au Bureau de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWAS) de renforcer ses activités de prévention des conflits et de médiation.