Yémen : un demi-million de personnes vaccinées contre le choléra dans la région d’Hodeïda - UNICEF

8 août 2018

Plus d’un an après le déclenchement du choléra au Yémen, qui a fait  plus de 2 000 morts, la maladie est de retour et se propage rapidement dans la ville portuaire de Hodeïda, contrôlée par les Houthis. La ville est la cible de frappes aériennes continues de la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite pour reprendre son contrôle.

Afin d'atténuer les risques, le Ministère de la santé et l’ONU ont lancé samedi une campagne de vaccination orale contre le choléra d'une durée d’une semaine, ciblant les 500 000 femmes, enfants et hommes les plus vulnérables dans et autour de la ville. Parmi les autres mesures d’atténuation mises en œuvre par les organisations humanitaires figure la fourniture continue d’eau potable et d’installations sanitaires.

Le conflit au Yémen trouve ses racines dans des soulèvements qui remontent à 2011, mais les combats se sont intensifiés en mars 2015, lorsqu'une coalition internationale dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue militairement à la demande du président du Yémen.

Plus de 70% de l’aide humanitaire et des importations alimentaires passent par les quais de la ville portuaire d’Hodeïda, l’une des villes les plus touchées par l’épidémie de choléra au Yémen l’année dernière, la pire au monde à son apogée.

Jeudi dernier, l'hôpital principal d’Hodeïda a été touché lors d'une frappe aérienne, aggravant encore la situation sanitaire critique dans la ville.

Les combats continuent de faire rage dans la majeure partie du Yémen et la crise humanitaire croissante est la plus grave de toutes les régions du monde cette année.

Au 6 août, environ 88 000 personnes avaient reçu le vaccin anticholérique. C'est la deuxième des trois phases de la campagne menée par l'Organisation mondiale de la santé et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF): la première a été administrée à Aden et la dernière série de vaccins sera administrée dans d'autres zones sensibles.

Grant Philip Leaity, Directeur adjoint des programmes d’urgence de l’UNICEF, a déclaré à ONU Info que des progrès avaient déjà été réalisés et que les équipes rencontraient des problèmes sur le terrain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.