Nicaragua : au moins 23.000 personnes ont fui au Costa Rica depuis avril (HCR)

31 juillet 2018

La crise au Nicaragua se propage chez ses voisins qui se retrouvent submergés par les demandes d’asile, a annoncé mardi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), précisant que la plupart des personnes fuyant les violences se sont réfugiées au Costa Rica.

Pays d'Amérique centrale situé entre le Honduras (au nord) et le Costa Rica (au sud), le Nicaragua est en proie depuis le 18 avril à un mouvement de contestation antigouvernementale. Les violences depuis le début des manifestations ont fait au moins 280 morts et 1.830 blessés, principalement à cause d’éléments armés pro-gouvernementaux.

« Des milliers de Nicaraguayens fuient la hausse des tensions politiques, de la violence et des graves violations des droits humains dans leurs pays », a déclaré le porte-parole du HCR, William Spindler, lors d’un point de presse à Genève, ajoutant qu'au moins 23.000 personnes ont cherché à obtenir l’asile au Costa Rica depuis le début de la crise en avril.

Près de 8.000 demandes d’asile présentées par des ressortissants nicaraguayens ont été enregistrées depuis avril, et quelque 15.000 autres Nicaraguayens ont reçu une notification de rendez-vous pour un enregistrement ultérieur, les capacités nationales de traitement des dossiers étant débordées.

Actuellement, près de 200 demandes d’asile en moyenne sont déposées chaque jour au Costa Rica.

Ces chiffres montrent que « le nombre de demandes d’asile présentées par des Nicaraguayens au Costa Rica voisin et dans d’autres pays a augmenté de façon exponentielle ces derniers mois », a dit M. Spindler.

Selon l'agence onusienne, près de 200 demandes d’asile en moyenne sont déposées chaque jour au Costa Rica.

Le porte-parole a expliqué que le HCR renforçait sa présence au Costa Rica, tout comme d’autres agences de l’ONU et des organisations non gouvernementales partenaires, et se préparait à fournir une protection et une assistance immédiate à des milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile nicaraguayens, tant dans la région du nord du Costa Rica que dans les environs de la capitale San José.

De nombreux Nicaraguayens qui fuient leur pays sont accueillis chez quelques-unes des jusqu'à 150.000 familles nicaraguayennes qui étaient déjà installées au Costa Rica avant la crise, selon le HCR.

Le HCR intensifie sa réponse face à l’afflux de milliers de personnes fuyant la violence au Nicaragua

Le HCR prépare un plan régional pour répondre aux besoins des réfugiés.

Des pays comme le Honduras, le Salvador et le Guatemala deviennent des pays de transit.

Alors que le Costa Rica a reçu le plus grand nombre de demandes d’asile, le Panama, le Mexique et les États-Unis ont également constaté une tendance à la hausse des demandes d’asile déposées par des ressortissants nicaraguayens ayant besoin de protection internationale au premier semestre 2018, avec un point culminant significatif en juin.

Toutefois, les chiffres réels dans ces pays ne dépassent pas encore les quelques centaines. Par ailleurs, des pays comme le Honduras, le Salvador et le Guatemala deviennent des pays de transit.

Face à cet afflux de réfugiés nicaraguayens, le HCR développera au niveau régional, en coordination avec les autorités gouvernementales, le système des Nations Unies et ses partenaires, une action régionale globale pour répondre aux besoins humanitaires et de protection internationale des réfugiés nicaraguayens.

L'agence onusienne appelle également au soutien et à la solidarité de la communauté internationale envers le Costa Rica et les autres pays qui accueillent des réfugiés et demandeurs d’asile nicaraguayens.

Par ailleurs au Nicaragua, le HCR suit de près la situation de plus de 700 réfugiés et demandeurs d’asile, pour la plupart originaires du Salvador et du Honduras, qui vivent à Managua, la capitale, et dans d’autres parties du pays. L’aide à ces familles réfugiées est fournie par l’intermédiaire des partenaires locaux du HCR au Nicaragua.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.