Au Niger, Amina Mohammed souligne l’importance du leadership des femmes pour la paix du pays

7 juillet 2018

Le rôle des femmes dans les postes de direction est crucial pour l'avenir d'un Niger pacifique, a souligné samedi la Vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed lors de sa rencontre avec le président du pays, Mahamadou Issoufou à Niamey.

« J'ai souligné au Président l'importance de la participation et du leadership des femmes dans la prévention des conflits », a déclaré Mme Mohammed à l’issue de sa rencontre avec le chef d’État nigérien qui préside le G5 Sahel - un regroupement de cinq pays (Niger, Tchad, Mali, Burkina-Faso et Mauritanie) déterminé à combattre la menace terroriste dans la région.

« J'ai également souligné la nécessité d'inclure les femmes dans toutes les réponses nationales et régionales aux défis environnementaux, humanitaires et de développement auxquels le Niger et la région du Sahel sont confrontés », a ajouté la Vice-secrétaire générale qui était auparavant au Tchad.

Mme Mohammed effectue un déplacement de deux jours au Niger dans le cadre d'une mission conjointe de hautes responsables des Nations Unies et de l'Union africaine (UA) consacrée à la participation et au leadership des femmes dans la prévention des conflits, y compris l'extrémisme violent.

La délégation qu’elle dirige comprend la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka ; l’Envoyée de l’UA pour les femmes, la paix et la sécurité, Bineta Diop, ainsi que Margot Wallström, la Ministre des Affaires étrangères de la Suède qui préside le Conseil de sécurité des Nations Unies pour le mois de juillet.

La dégradation de la sécurité a entraîné une hausse des besoins humanitaires

La situation sécuritaire au Niger s'est aggravée ces quatre dernières années. En 2015, une première attaque lancée par les extrémistes de Boko Haram à Diffa, dans l'est du pays, a provoqué le déplacement d’environ 300.000 personnes, dont une majorité de femmes et d’enfants.

La présence de Boko Haram, dont l'objectif est de créer un Etat islamique dans le nord du Nigeria, a été particulièrement préjudiciable aux femmes et aux filles Selon les Nations Unies, ces dernières ont subi de « violentes et multiples formes de violence sexuelle et sexiste».

Les déplacements provoqués par l'insécurité, le changement climatique, et des pluies insuffisantes ont conduit à une détérioration de la situation humanitaire au Niger.

En 2018, 2,3 millions de personnes ont besoin d'assistance, une augmentation de 400.000 par rapport à 2017. Ce pays enclavé d’Afrique de l’Ouest accueille actuellement quelques 165.000 réfugiés provenant majoritairement du nord-est du Nigéria voisin, l'épicentre des activités de Boko Haram

 Le Sahel : région de défis mais aussi d’opportunités

Le Niger fait partie des pays bénéficiaires du Plan de soutien des Nations Unies au Sahel, une région qui s'étend du Tchad en Afrique centrale à la Mauritanie et au Sénégal à l'ouest.

Les dix pays cibles du Plan sont le Burkina Faso, le Cameroun, le Tchad, la Gambie, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria et le Sénégal.

Le plan, présenté par Mme Mohammed en marge du sommet de l'Union africaine qui s’est tenu à Nouakchott, la capitale mauritanienne, le mois dernier, vise à construire une paix durable dans les dix pays cibles. Il accorde également la priorité à la croissance économique, aux jeunes femmes et à la création d'emplois.

 

« Il y a certainement des défis importants dans cette région, mais il y a aussi des opportunités », a expliqué à ONU Info, Ibrahim Thiaw, Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahel, qui participe à la mission conjointe de l'ONU et de l'UA au Niger.

« La dégradation de l'environnement, l'insécurité due à l'extrémisme et au terrorisme sont deux problèmes profondément enracinés. Cependant, la région a un énorme potentiel en raison de ses ressources naturelles, de ses atouts culturels et bien sûr de ses habitants », a souligné M. Thiaw originaire de Mauritanie.

Mercredi prochain, le Conseil de sécurité des Nations Unies doit tenir un débat sur la région du Sahel.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Lac Tchad : à Bol, une survivante de Boko Haram sensibilise les femmes contre l’extrémisme violent

Dans la région du lac Tchad, les jeunes femmes sont les premières victimes de la radicalisation. En mission à Bol, au Tchad, l’ONU et l’Union africaine soulignent la nécessité d’accroitre les activités de sensibilisation contre l’extrémisme violent et de faire de l’égalité des sexes une priorité.