Migrants : « aucun enfant ne doit être séparé de sa famille », affirme l’UNICEF

19 juin 2018

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance est préoccupé du sort des enfants migrants séparés de leurs parents aux Etats-Unis. « La situation de ces enfants et de ces bébés, séparés de leurs parents alors qu’ils venaient justement chercher la sécurité aux États-Unis, est bouleversante », a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF dans un communiqué rendu public ce mardi.

Selon Henrietta Fore, « la détention et la séparation de la famille sont des expériences traumatisantes qui peuvent rendre les enfants plus vulnérables à l’exploitation et aux abus et créer un stress toxique qui, comme l’ont montré plusieurs études, peut avoir un impact sur leur développement à long terme ».

Pour la cheffe de l’UNICEF, « de telles pratiques ne sont dans l’intérêt de personne, et encore moins des enfants, qui en souffrent le plus ». Une façon pour la patronne de cette agence onusienne de rappeler que les enfants, quels que soient leurs origines ou leur statut migratoire, sont avant tout des enfants.

« Le bien-être des enfants doit rester la première préoccupation », selon Henrietta Fore surtout pour ceux qui n’ont d’autre choix que de fuir leur foyer. Ces derniers ont le droit d’être protégés, d’accéder aux services de base et d’être avec leur famille, comme tous les enfants. « C’est la réalisation de ces droits qui donne à chaque enfant les meilleures chances d’un avenir sain, heureux et épanouissant », rappelle l’UNICEF.

L’agence onusienne rappelle d’ailleurs la tradition d’accueil des Etats-Unis. « Pendant des décennies, le gouvernement et le peuple américains ont soutenu nos efforts pour aider les enfants réfugiés, demandeurs d’asile et migrants affectés par les crises à travers le monde », fait-elle remarquer, non sans rappeler que les États-Unis ont été là pour aider et accueillir les enfants déracinés lors de la guerre en Syrie ou au Soudan du Sud, la famine en Somalie, ou un tremblement de terre en Haïti. Dans ces conditions, la Directrice générale de l’UNICEF espère que « l’intérêt supérieur des enfants réfugiés et migrants sera pris en compte dans l’application des procédures et des lois d’asile américaines ».

Le bien-être des enfants doit rester la première préoccupation, Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF

L’UNICEF insiste sur le « plaidoyer très fort » entrepris depuis plusieurs années sur cette problématique des enfants migrants.

« Deux des points principaux, c’est le fait de ne pas détenir des enfants. Mais il n’est pas possible de détenir les enfants sur la base du statut migratoire. C’est très clair, c’est notre position, tout comme nous demandons à ce qu’ils ne soient pas séparés de leurs parents », a déclaré Christophe Boulierac, porte-parole de l’UNICEF, lors d’un point de presse ce mardi à Genève.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Conseil des droits de l’homme : Zeid Ra’ad Al Hussein met en garde contre le retour du nationalisme

A deux mois et demi de la fin de son mandat de Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme à la fin du mois d’août prochain, Zeid Ra’ad Al Hussein s’est exprimé pour la dernière fois au début d’une session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Pour cette dernière, il a mis en garde contre le retour du nationalisme.