Les consommateurs et le secteur privé ont un rôle critique dans la lutte contre la sécheresse (ONU)

17 juin 2018

Plus de 3,2 milliards de personnes, soit 2 personnes sur 5, sont touchées par la dégradation des sols et jusqu'à 143 millions de personnes pourraient être poussées à se déplacer dans leur pays d'ici 2050 pour échapper à la pénurie d'eau et à la baisse des rendements agricoles, a déclaré dimanche la Secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, Monique Barbut.

« Tout ce que nous produisons et consommons a une empreinte foncière. Un vélo nécessite 3,4 mètres carrés de terrain. Dix mètres carrés de terrain sont utilisés pour produire un ordinateur portable. La production d'un kilogramme de bœuf prend 22 mètres carrés », a dit Mme Barbut, depuis Quito en Équateur, où est célébrée la Journée mondiale de la lutte contre la désertification.

Photo: OMM
Au Sahel, plusieurs vagues de sécheresse en 2017 ont ravagé les cultures et le bétail des agriculteurs

Les solutions existent, il faut les appliquer

À l'échelle mondiale, environ 2 milliards d'hectares de terres sont dégradés et la plus grande partie peut être restaurée pour retrouver la santé, a souligné le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, en marquant la Journée.

« La science nous a donné les connaissances et les outils dont nous avons besoin pour gérer les terres afin de renforcer la résilience à la sécheresse et aux impacts du changement climatique », a constaté M. Guterres.

« Les gouvernements et les communautés dont les vies et les moyens de subsistance dépendent de la terre peuvent prendre des mesures maintenant pour se préparer à la future sécheresse», a affirmé le Secrétaire général, soulignant que les instruments de politique et les investissements pour favoriser leur propagation sont inexistants, et laissent ceux qui dépendent le plus des terres exposés à des adversités croissantes. 

« Nous devons faire beaucoup plus pour reconnaître l'immense valeur de terres saines et productives pour renforcer la résilience des communautés les plus pauvres du monde, confrontées à plus de sécheresse et à d'autres catastrophes climatiques à évolution lente», a déclaré le chef de l’ONU.

Les consommateurs ont un rôle à jouer

« Peu de gens pensent à ces processus quotidiens parce que les pertes ne sont pas visibles - ou du moins pas comptabilisées - dans les produits que nous consommons», a poursuivi Mme Barbut.

Pour éviter ces menaces, la cheffe de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification a appelé les consommateurs et le secteur privé à se joindre aux gouvernements pour sauver des terres saines.

« Nous sommes tous des décideurs car dans nos vies quotidiennes, nos choix ont des conséquences. Nos petites décisions transforment le monde », a-t-elle souligné, appelant les consommateurs à faire des choix qui récompensent les utilisateurs des terres dont les pratiques protègent la terre contre la dégradation.

Mme Barbut a souligné trois actions critiques que les consommateurs et le secteur privé peuvent entreprendre pour encourager les utilisateurs des terres et les gouvernements à sauver des terres saines d'une dégradation plus poussée et à récupérer des terres presque stériles, y compris changer le comportement des consommateurs et les modes de production non viables ; adopter une planification plus efficace de l'utilisation des terres ; et enfin, créer des mécanismes qui motiveront le secteur privé à investir dans la restauration des terres.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.